Mon alimentation selon ma constitution

Certains peuvent manger ce qu’ils veulent et restent minces quand d’autres se dilatent à la vue d’un carré de chocolat. C’est injuste mais Dame Nature en a ainsi décidé. Rassurez-vous tous les tempéraments peuvent trouver leur équilibre à condition de connaitre ce que l’on appelle en naturopathie son « tempérament de base ».

Le but n’est pas de mettre les gens dans les cases mais plutôt de cerner leurs besoins. Cette classification tourne autour de deux questions. Ai-je chaud ou suis-je frileux ? Suis-je dilaté (imposant) ou contracté (fin) ?

Vous êtes sanguin (dilaté-chaud)… vous êtes costaud et plein de vie comme Gérard Depardieu ou Bernard Tapi. Vous êtes imposant, puissant, massif. Bon vivant,  vous adorez les viandes, les charcuteries, l’alcool, le café, les produits laitiers. Le problème est que, même si vous avez un très bon système digestif, à terme vous finissez par épuiser votre système cardio vasculaire.
Que faire ? Vous serez le moins facile à raisonner car vous avez beaucoup de mal à voir l’intérêt d’une amélioration de votre alimentation et de votre mode de vie puisque vous n’êtes jamais malade (jusqu’au jour où…). Levez le pied sur les protéines. Ne consommez plus dans un même repas charcuteries, viandes et fromages. Adoptez les légumes pour alcaliniser votre alimentation. Optez pour une alimentation rafraichissante avec des crudités et des agrumes que vous êtes un des rares à bien digérer.

Vous êtes lymphatique (dilaté-froid)… vous êtes costaud et paisible… comme François Hollande. Vos muscles sont peu développés, votre démarche est lente et lourde. Vous êtes un gros mangeur à digestion lente. A terme, vous risquez des troubles digestifs et du système glandulaire : surpoids, rétention d’eau, obésité, diabète et œdèmes.
Que faire ? Vous stockez et ne  perdez rien. Diminuez les portions. Comme votre digestion est lente, évitez d’associer dans le même repas deux types de protéines (charcuterie et viande par exemple), des céréales fortes (blé, riz…) et des protéines fortes (viandes), des céréales et du sucre (fruits). Prenez vos fruits loin des repas. Vous avez tendance à vous acidifier alors consommez des légumes verts, des bananes, des avocats, des amandes. Évitez tout ce qui est « froid et humide ». Préférez les légumes et les fruits cuits, les céréales semi-complètes et les épices réchauffantes.

Si vous êtes bilieux (rétracté-chaud)… vous êtes musclé et dynamique… comme Yannick Noah. Vous êtes athlétique, énergique, volontaire et courageux. A table, vous êtes un bon mangeur mais au gout raffiné. Sauf que vous êtes un hépatique qui a du mal à éliminer. A terme, vous risquez des troubles digestifs, articulaires et hépatobiliaire (urémie, arthrite).
Que faire ? Votre sensibilité hépatique supporte mal les surcharges en aliments gras et riches en protéines. Continuez à consommer des protéines pour soutenir votre fonction musculaire mais diminuez les quantités. Tournez-vous vers les crudités, des légumes, des fruits ainsi que l’ensemble des aliments qui « rafraîchissent ». Les céréales et les légumineuses seront modérément. Consommez régulièrement des huiles de première pression à froid, d’oléagineux qui agissent sur votre foie paresseux, notamment l’huile d’olive et de carthame. En raison de votre tempérament chaud, vous avez besoin de consommer beaucoup d’eau.

Si vous êtes nerveux (rétracté-froid)… vous êtes mince (voir maigre)… comme Louis de Funès ou Nicolas Sarkozy. Vos gestes sont rapides et saccadés. D’une grande capacité intellectuelle, vous êtes également très sensible et passez du rire aux larmes et à la colère dans la même heure. Vos difficultés viennent de votre tendance à ruminer et se situent tant au niveau cérébral que nerveux.
Que faire ? Vous êtes un petit mangeur vite rassasié. Les repas trop lourds à digérer et qui mobilisent toute votre énergie ne sont pas pour vous, d’autant que vous ne mangez pas en conscience, trop occupé à réfléchir. Faites plutôt plusieurs petits repas dans journée légers et digestes. Votre alimentation doit être riche en énergie avec des apports alimentaires plus fournis en glucides : féculents, céréales, fruits peu acides, légumes. Certains aliments sont à éviter comme le lait et les laitages pour leurs difficultés d’assimilation et d’élimination. Il en sera de même pour les crudités et tous les acidifiants. Les protéines seront plutôt végétales avec une prédilection pour les associations légumineuses-céréales. Pour les protéines animales, privilégiez les poissons (parfaits pour les oméga-3 et le système nerveux) et les viandes blanches. Évitez les aliments trop riches en toxines, vous aurez des difficultés à les éliminer et forcez-vous à mâcher.

Bien sûr, l’être humain est bien trop complexe pour être classé dans quatre cases. Écoutez vos sensations. Il n’y a pas meilleur médecin que votre corps.

Partager sur Facebook Publié le 31 janvier 2017 par Laura Azenard.

4 commentaires

  • Nine 7 février 2017 à 12 h 02 min

    Bonjour Laura,

    Merci pour cet article et les autres très intéressants. J’entends bien ce que vous voulez dire en regroupant des personnes selon une certaine typologie. J’ai moi aussi pensé longtemps ainsi et je me retrouve complètement (enfin me serais retrouvée il y a encore 1 an) dans la typologie des nerveux. Oui, j’avais besoin de céréales, de féculents et de légumes cuits et c’était effectivement ma principale alimentation.

    Alors qu’est-ce qui a changé puisque je parle à l’imparfait. Et bien, petite crise du milieu de vie peut-être ? Moins de matérialité, plus de recherche vers plus de sens ? Le fait est que j’ai commencé à faire du Yoga il y a 5 ans avec je dois le reconnaître énormément de bénéfices ( je ne fais pas l’apologie du yoga, je parle juste de mon expérience). Puis je me suis mise à intégrer le gingembre dans tous mes petits déjeuners, jus, plats, + le curcuma.
    Enfin, moi qui ne mangeais jamais de fruits crus ou très peu, ni de crudités, je me suis mise à avoir envie de fruits le matin, j’ai donc intégré dans mon petit déjeuner tous les matins, le fameux « miam aux fruits » prôné par France Guillain. L’année dernière, j’ai décidé de faire une petite détox de printemps avec des ampoules de radis noir, artichaud, … Après ça, je n’ai plus pu manger de féculents, de céréales (surtout les pâtes) et je n’avais envie que d’une chose, du cru, du cru, du cru … j’étais alors très désorientée, comment moi avec mes 50 kg et mes besoins en énergie je ne pouvais manger que du cru ? Comment selon ma typologie en Medecine Chinoise et en ayurvéda (je suis praticienne de shiatsu) je pouvais concevoir de ne manger que du cru ? Difficile de remettre en questions ses propres fondements et convictions.

    Et bien je me suis écoutée, car personne ne pouvait vraiment me dire si c’était bien ou pas. J’ai donc suivi mes envies (besoins plutôt) et j’ai eu une « patate » d’enfer (entre autres bénéfices) tout l’été ! Seulement c’est assez désociabilisant alors j’ai progressivement repris une alimentation plus cuite, des aliments plus sucrés, etc … et je peux vraiment faire la différence entre avant et après dans les deux sens … j’attends le printemps pour remettre ça ! Loin de moi l’idée de faire l’apologie du cru non plus, mais je tenais juste à témoigner que notre métabolisme visiblement peut changer, selon nos activités, nos évolutions personnelles, nos choix de vie, etc …

    Donc finalement, il me semble que même si dans les grandes lignes on peut se mettre dans une case, nous sommes d’abord vivant, c’est à dire en mouvement constant, dépendant d’un tas de paramètres qui fait de chacun de nous un être unique et qui a des réactions, des réponses, des adaptations uniques. Je crois que c’est important de le dire et le rappeler afin que les chacun puisse prendre sa santé en main et en confiance.

    Bien à vous,
    Nine

    • laura 8 février 2017 à 15 h 01 min

      La vie est merveilleuse. Elle nous amène à prendre des orientations qui modifient nos tempéraments. Merci de votre très joli témoignage.

  • MARIN DENISE 7 avril 2017 à 18 h 42 min

    Bonsoir Laura ….
    Merci beaucoup pour votre résumé expliquant les repas que nous devons , chacun de nous, adopter… Selon notre morphologie et nos goûts de chacun.
    Mes repas sont simples : légumes à volonté; peu de viande;
    J’ai tout lu avec un grand intérêt.

    Je viens vers vous pour vous dire que je souffre d’arthrose aux épaules, depuis 6 mois. Je me soigne avec les H.E. de Gaulthérie . J’en utilise pour les épaules, mais aussi dans les jambes et mes pieds douloureux. (Tous les soirs et matins. )
    Je suis une femme de 77 ans. Je viens vers vous pour un conseil. Merci à l’avance. Mon mari a aussi les mêmes douleurs que moi. Nous vivons en Espagne près de la mer.(Torrémolinos Malaga)

    Je prends des comprimés d’Artronat et Comprimés de Boswellia pour me soulager.

    Merci beaucoup pour me conseiller. Denise MARIN

    • laura 8 avril 2017 à 20 h 21 min

      Bonsoir Denise, je vous ai répondu par mail 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *