Scrofulaire vs harpagophytum

La scrofulaire noueuse est une plante dont nous n’entendons jamais parler. Pourtant, elle est comme  l’harpagophytum, un anti-inflammatoire naturel qui agit contre les rhumatismes, les douleurs musculaires et traumatiques. Et comme elle pousse chez nous, elle permettrait de freiner la production massive d’harpagophytum, cultivé en Namibie, en voie d'extinction.

Bien sûr qu’on l’aime cette griffe du diable ! Moi la première ! Ses harpagosides dont elle est composée, inhibent les enzymes qui « digèrent » notre cartilage. Les études menées sur l’harpagophytum  montrent qu’une cure de deux mois réduit en moyenne de 40 à 50 % la douleur et de 35 % la raideur articulaire*. Il est donc logique que tous les arthrosiques recherchent le meilleur harpagophytum du marché, c’est à dire le plus dosé.

Rien que sur le marché français, nous pouvons trouver plus d’une centaine de produits entre les gélules, les extraits fluides glycérinés de plantes fraîches, les teintures mères, allant de 10 à 155 euros et provenant de laboratoires nous rassurant tous utiliser le plus de matières premières possible.

Si bien que la production d’harpagophytum a dépassé les 1500 tonnes par an, ce qui va finir par le faire disparaitre. Sans compter la valeur du travail qui a chuté de 85 %.

Or, il est tout a fait possible de remplacer l’harpagophytum par la scrofulaire, cultivée en Europe… et partout en France. Il a été démontré que les feuilles de scrofulaire contiennent autant d’harpagosides que la racine d’harpagophytum**. Et elles aussi ont des acides phénoliques, des flavonoïdes et des tanins.

Nous pouvons la consommer en teintures mères (20 à 30 gouttes, jusqu’à 3 fois par jour), en infusions de plantes sèches (30 g pour 1 litre d’eau, 2 à 3 tasses par jour, en gélules et également en cataplasmes de plantes fraîches ou sèches.

Recommandations :

  • La scrofulaire à forte dose  peut entraîner des nausées et irriter l’intestin. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 12 ans doivent s’abstenir. Comme l’harpagophytum, elle est à proscrire si vous prenez un anticoagulant.
  • Il vous faudra être aussi patient qu’avec l’harpagophytum, les effets se faisant sentir après quelques semaines, et pleinement au bout de 3 mois.

Pour aller plus loin : https://www.lauraazenard.fr/2016/09/26/946/

*Harpagophytum procumbens (devil’s claw). Monograph. Altern Med Rev. 2008.Sep;13(3):248-52. PubMed PMID: 18950251.

**Sesterhenn K, Distl M, Wink M. Occurrence of iridoid glycosides in in vitro cultures and intact plants of Scrophularia nodosa L. Plant Cell Rep. 2007 Mar;26(3):365-71

Partager sur Facebook Publié le 13 juillet 2017 par Laura Azenard.

Un commentaire

  • Perrodon 13 juillet 2017 à 8 h 25 min

    Il y a aussi la spiruline qui est anti inflammatoire associé à l’exudat de bambou encore plus efficace que l’harpagophitem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *