La sympathicothérapie

Il ne s’agit pas de guérir quelqu’un en lui racontant des trucs sympas mais de la plus puissante des techniques de réflexologie qui offre la connexion la plus directe possible avec le système neuro-végétatif qu’elle rééquilibre. Elle possède une action sur la plupart des pathologies fonctionnelles et a des vertus antalgiques sur les douleurs rhumatismales et certaines névralgies.

Le sympaticothérapeuthe utilise des stylets, fines tiges métalliques aux bouts arrondis, plus ou moins souples, qu’il trempe éventuellement au préalable dans des huiles essentielles. En les introduisant dans vos narines, il stimule certaines zones du nez et provoque un influx nerveux qui se diffuse sur tout le réseau sympathique. Il peut ainsi agir sur les organes souhaités.

Nous avons trois zones bien distinctes, chacune est dotée de points précis correspondant à nos organes :

  • La zone métabolique, sur le cornet inférieur, pour tous les problèmes digestifs, sexuels, de poids, de règles…
  • La zone respiratoire ou rythmique sur le cornet moyen, pour l’asthme, les bronchites, les ennuis circulatoires, les jambes lourdes et la spasmophilie…
  • La zone neurosensorielle, sur le cornet supérieur pour les pertes de gout, d’odorat, de sinusites, d’allergies…

Selon les points stimulés, l’organisme réagit et corrige ainsi tout naturellement les dysfonctionnements. Les résultats sont très rapides notamment sur des problématiques tels que le poids, les addictions, les compulsions, la boulimie, les maladies articulaires, les troubles du sommeil, les dépressions, les fatigues chroniques, les migraines, les troubles gynécologiques, thyroïdiens, digestifs et respiratoires.

Bien que les premiers écrits sur des traitements effectués par le nez datent du XVIeme siècle, cette pratique thérapeutique reste confidentielle. Elle ne bénéficie d’aucune reconnaissance officielle alors que pourtant, ces résultats, parfois spectaculaires, peuvent être immédiats ou en deux à trois séances. Le tout… sans douleur !

La sympathicothérapie est contre-indiquée aux femmes enceintes, aux personnes présentant des troubles cardio-vasculaires graves, des polypes nasaux ou une déformation nasale importante, des glaucomes intro-oculaires, des infections nasales.

Partager sur Facebook Publié le 28 septembre 2017 par Laura Azenard.

14 commentaires

  • KATE 29 septembre 2017 à 14 h 26 min

    C’est une méthode très intéressante qui demande à être testée mais trouve t’on des praticiens dans le Grand Est ?
    Ou peut être en Allemagne ,Luxembourg ?

    • Laura Azenard 30 septembre 2017 à 18 h 15 min

      Kate, je suis désolée mais j’ai des contacts à Paris, Lyon et le sud mais pas encore l’Est. Je vous tiens au courant. 😉

  • Bot 29 septembre 2017 à 17 h 20 min

    Cette médecine douce vient d’où qu’elle est le voit pour une formation . Merci

    • Laura Azenard 30 septembre 2017 à 18 h 14 min

      Nous avons des traces de sympaticothérapie datant de l’Égypte ancienne mais elle fut vraiment révélée à partir du 15e siècle. Quant à la formation, plusieurs écoles de naturopathie forment les sympaticothérapeuthes. A vous de faire votre choix, selon votre ville, vos aspirations, le temps que vous avez, etc.

  • JOLY Frédérique 29 septembre 2017 à 20 h 32 min

    Je suis intéressée par toutes vos publications en tant qu’ « arthrosique » et ne demande qu’à en savoir plus sur cette pratique !!!

    • Laura Azenard 30 septembre 2017 à 18 h 10 min

      Merci Frédérique. Vous trouverez des livres sur le sujet et des publications sur le net en farfouillant. 😉

  • amrous 30 septembre 2017 à 23 h 25 min

    bonsoir
    intéressée
    auriez vous des contacts sur Paris?
    merci

    • Laura Azenard 4 octobre 2017 à 11 h 52 min

      François Lovisi. Son site : acupuncture-sans-aiguilles.com

  • Marie-Marthe Tremblay 1 octobre 2017 à 21 h 53 min

    Bonjour moi je viens du Québec plus précisément de l’Abitibi-Témiscamingue (Québec). Je suis intéressée à votre livre mais je ne suis pas certaine de le trouver je vais essayer dans ma petite ville. J’ai commencé à avoir de l’arthrose à un genou il n’y a pas longtemps je suis de celle qui pense que la nourriture joue un grand rôle dans tout ce processus. Aussi je crois à l’exercice physique.

    • Laura Azenard 4 octobre 2017 à 11 h 45 min

      Vous avez tout compris Marie-Marthe : alimentation, sport, esprit… et c’est gagné! Vous pouvez aussi le trouver en version numérique.

  • Caroline Di Guardo 6 octobre 2017 à 14 h 21 min

    Bonjour Laura, merci pour cet article.
    Auriez vous une adresse à me donner pour le sud est s il vous plait.?Je suis à Aix en Provence mais je peux me déplacer si c est plus loin.
    Merci!
    Caroline

    • Laura Azenard 11 octobre 2017 à 15 h 10 min

      Bonjour Caroline, dans le sud, je vous recommande Cosimo Diciolla. En revanche, il est à Nice.

  • AMBROGGI 6 octobre 2017 à 16 h 30 min

    Super …
    A essayé mais dans l Allier ou put de dôme y a t il des spécialistes?
    Merci de nous faire part de ces pratiques

    • Laura Azenard 11 octobre 2017 à 15 h 07 min

      Désolée, je ne connais personne dans ce coin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *