L’auriculothérapie

La découverte de l’auriculothérapie remonte à l’antiquité mais il nous a fallu attendre les années 50 pour que le médecin Paul Nogier et sa cartographie lui donnent ses lettres de noblesse. Contrairement aux croyances, l’auriculothérapie n’a pas de lien avec la médecine traditionnelle chinoise. Elle est une forme de réflexothérapie, comme la réflexologie plantaire ou la sympaticothérapie.

L’oreille peut être considérée comme une cartographie du corps humain, répertoriant un réseau complexe de points reliés au système nerveux central. Tout organe ou tissu correspond à un point de l’oreille. Nous avons plus de 200 points par pavillon. En stimulant des points précis, on induit une action réflexe.

L’auriculothérapie permet de soulager les douleurs : sciatiques, lombalgies, migraines, douleurs arthrosiques, douleurs consécutives à une intervention chirurgicale ou une radiothérapie, névralgies…
Elle s’avère également particulièrement efficace pour la gestion du stress, les troubles digestifs fonctionnels, les troubles du sommeil, l’anxiété, les insomnies, la dépression, la prise en charge des addictions (sevrage tabagique), les troubles du comportement alimentaire.
Elle peut aussi aider en cas de troubles fonctionnels respiratoires (asthme, toux chronique, sinusite chronique, bronchites à répétition, etc.), digestifs (colites, troubles du transit, etc.), de troubles sexuels, d’un syndrome prémenstruel, d’allergie (rhinites allergiques, eczéma, urticaire, etc.).

Comment se passe votre séance ?

Le thérapeute stimule la zone pavillonnaire de l’oreille correspondant à la zone d’innervation concernée, à l’aide :

  • d’une aiguille stérile à usage unique ou semi-permanente (posée pendant une à trois semaines)
  • d’un aimant
  • d’impulsions électriques
  • de fréquences laser infrarouges
  • par cryothérapie (injection d’azote liquide à l’aide d’un cryopuncteur)

Le patient peut repartir avec des aiguilles semi-permanentes, des petites graines ou des aimants collés sur les points stratégiques, qu’il stimulera plusieurs fois par jour.
En général, 2 à 3 séances sont préconisées, à un mois d’intervalle pour une pathologie précise mais dans certains cas, une seule séance suffit.
En dehors de la grossesse, il n’existe pas de contre-indication.

Pour allez plus loin : https://lauraazenard.fr/2017/09/28/la-sympathicotherapie/

Partager sur Facebook Publié le 9 janvier 2018 par Laura Azenard.

2 commentaires

  • Muriel

    Bonjour, la pose de piercings sur le contour de l’oreille peut-elle avoir une incidence sur le corps et/ou sur une pratique d’auriculotherapie? Merci

    • Laura Azenard

      Bonjour Muriel, l’idéal est de les enlever 3 semaines avant le début de vos séances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.