Les différents types de Jeûne, quelques définitions pour y voir clair

Alors que le jeûne est encore bien souvent assimilé à une démarche saugrenue pour beaucoup d’entre nous, de nombreuses études prouvent ses effets bénéfiques. Le jeûne permet de revitaliser son organisme et d’éliminer ses toxines. Voyons qui peut jeûner et comment.

Pourquoi jeûner ?

Le jeûne permet de retrouver son capital énergétique. Notre vitalité dépend de sa capacité à produire de l’énergie et à l’utiliser. La digestion, la respiration et le sommeil contribuent à produire cette énergie et les activités physiques ou mentales la dissipent. Lorsque nous jeûnons, le repos de la fonction digestive et également des autres fonctions (musculaires, sensorielles, cérébrales et aussi relationnelles) favorise l’économie et la création d’énergie.

Il permet d’élimer les toxines qui viennent de l’alimentation mais également de notre mode de vie (stress, pollution). Ce surplus de toxines n’arrive plus à être éliminé par les organes excréteurs (foie, intestin, poumons, reins, peau). Elles obligent alors l’organisme à se défendre et à faire des régulations. Par exemple, trop de sucre oblige le pancréas à se réguler pour ramener la glycémie à un taux normal. Mais jour après jour, il finira par se fatiguer et déclenchera un état de diabète. Le fait de jeûner permet aux organes excréteurs de se rénover afin de redevenir apte à résorber les toxines emmagasinées et mieux gérer celles engendrées demain.

Qui peut jeûner ?

Le jeûne est conseillé tant aux personnes bien portantes, soucieuses de le rester, qu’aux malades afin de ne plus l’être. Tout le monde peut donc jeûner avec des aménagements et sous surveillance pour :

  • Avec exceptions pour les personnes souffrant de : anorexie, hyperthyroïdie, insuffisance hépatique ou rénale, dépendances, ulcères, affections coronaires, diabète type 1.
    Avec prise en charge thérapeutique : diabète de type 2, cancer, cholestérol, obésité, stéatose hépatite, excès d’acide urique, allergies, dépression, troubles du comportement (bipolarité), fibromyalgie, migraines chroniques, sclérose en plaques, Parkinson.
  • Les personnes âgées : le jeûne n’est pas une affaire d’âge mais de vitalité. Il aura des effets rajeunissants si la vitalité n’est pas restreinte.
  • Les enfants : Ils réagissent très vite dès qu’ils ont une surcharge de toxines, le jeûne leur est presque naturel, instinctif. Il doit être néanmoins très court et sous surveillance.
  • Les personnes très maigres. Leur état exprime un disfonctionnement. Selon le poids, les jeûnes seront courts.

Quelle est la meilleure période pour jeûner ?

Il n’y a pas officiellement de meilleure période. Certes le printemps et l’automne avec leurs douces températures sont deux périodes très appréciées. Mais le mieux est d’écouter son corps. L’encrassement, la fatigue, le teint brouillé, l’apparition de migraines ou d’insomnies sont autant d’alerte à prendre en compte pour décider de jeûner. Attention néanmoins aux températures extrêmes ( trop froid, trop chaud) qui coutent à votre organisme de l’énergie.

Combien de temps jeûner ?

Un jeûne peut durer un jour à plusieurs semaines. Plus le jeûne est long et plus la rénovation des organes et des tissus est profonde. Les jeûnes les plus fréquents sont ceux de 7 jours.

On parle de :

  • Jeûne court lorsque sa durée est de moins d’une semaine. L’élimination des toxines est élevée et la perte de poids importante. On se sent mieux, plus léger, plus souple, plus jeune.
  • Jeûne moyen entre une et deux semaines. Les organes excréteurs (foie, reins, poumons, peau) sont régénérés. Cette rénovation se fait par autolyse. L’organisme après avoir épuisé ses réserves, se nourrit de ses propres tissus graisseux.
  • Jeûne long ou thérapeutique à partir de trois semaines d’abstinence. Les organes nettoyés et rénovés, améliorent leur fonctionnement ensemble. Le corps a la capacité de tenir 40 jours, en puisant uniquement dans ses réserves énergétiques.

Le jeûne le plus couramment pratiqué est le jeûne Buchinger qui se résume à la prise d’eau, de tisanes, de jus de fruits et légumes le matin et de bouillons de légumes filtrés le soir, des temps d’activités et des temps de repos.

Où jeûner ?

Tant qu’on ne maitrise pas le jeûne, il vaut mieux éviter de jeûner chez soi. Il existe en France des centres pour jeûner qui vous mettent à l’abri des tentations de votre frigo, de l’inquiétude de ressentir « des choses différentes » et des commentaires de votre entourage. Ces centres vous permettent de vous déconnecter de votre quotidien et de partager votre expérience avec d’autres jeûneurs, dans un climat d’encouragement et de complicité. Ils sont généralement dirigés par des naturopathes, des hygiénistes ou des accompagnateurs en jeûne, formés pour vous accompagner avant, pendant et après votre séjour.
Vous les trouverez sur le portail de la Fédération Francophone de Jeûne et Randonnée.
Vous pouvez aussi venir chez moi. www.lespritdetox.com

Pour aller plus loin : Peur de jeûner ? 

 

14 commentaires

  • raffier

    jeûner pour un anorexique, il faut m’expliquer le bienfait..

    • laura

      Le jeûne n’est absolument pas conseillé pour les personnes souffrants d’anorexie.

  • Alan

    Bonjour,
    Que pensez vous des tisanes dites « drainantes » pendant le jeûne, sensées nettoyer foie, reins, intestins…Pendant le jeûne? Est ce positif ou est ce que ça pourrait être négatif ou dangereux?

    • Laura Azenard

      De l’eau, de l’eau et de l’eau !!! Les tisanes ne sont pas neutres, ce sont des drogues qui apportent donc une information. Seule une eau faiblement minéralisée « nettoie ». Vous pouvez garder deux tisanes par jour pour le plaisir, et surtout accentuer votre consommation d’eau (minimum 1.5 l/j).

      • Alan

        Bonjour, ok, merci de votre réponse.
        Pourriez vous me dire au bout de combien de jours de jeûne avez vous guéri? En un ou plusieurs jeûnes? J’en suis à 12 jours de jeûne…Merci.

        • Laura Azenard

          Bonjour, j’ai commencé par des jeûnes de 15 jours, une fois par an. Aujourd’hui, avec une alimentation type Seignalet depuis 5 ans, je sens que j’ai besoin de jeûner moins jours. Je préfère maintenant faire un jeûne d’une semaine et une longue descente et reprise.

  • Ducap

    Boujour Laura Vendredi 6 Avril 2018. J’aimerai savoir si le jeûner permets d’estomper l’allergie que mon corps libère à cause des histamines et qui sur la peau forme des graphismes et des picotements .

    • Laura Azenard

      Ma réponse et oui. ;)J’écris un livre sur le jeûne en ce moment et je me régale de lister tous ces bénéfices.

  • Bolf

    Incapable de pratiquer un je^une hydrique car je ressens trop la faim même au bout de 4 jours je pratique le jeûne sec avec facilité 3jours . Vous ne parlez pas du jeûne sec pourquoi ? Merci

    • Laura Azenard

      Bonjour, le jeûne sec correspond aux troubles humides, suintants. Le jeûne humide à l’aiguë, aux inflammations. Je lui préfère l’humide vue mon profil. Pure choix personnel.;)

  • Isabelle BALIAN

    Bonjour Laura,

    Peux-t-on faire un jeun lorsque l’on prend des médicaments ?

    • Laura Azenard

      Bonjour Isabelle, tout dépend de la pathologie (certaines sont contre-indiquées) et des médicaments. Il faut en discuter avec votre médecin et éventuellement adapter la posologie.

  • Carasso

    Bonsoir Madame.

    Je désire entreprendre un jeûne hydrique de 2 à 3 semaines.
    Je pratique l’hygiènisme selon Shelton depuis des décennies.
    J’ai 79 ans pèse 66 kilos pour 1,70 m
    Pourriez vous m’aider dans ma démarche?
    Dans l’attente votre réponse, bien cordialement

    • Laura Azenard

      Bonjour, à distance, je propose un jeûne plus confortable, celui de Buchinger. Les modalités de mes accompagnements en jeune sont sur mon site. Très bon jeûne à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.