Bien que le jeûne soit à la mode, il est pratiqué depuis des milliers d’années, que ce soit à travers les religions et les cultures du monde entier, dans une quête de spiritualité ou de guérison. Le jeûne est d’ailleurs l’une des approches les plus anciennes d’auto guérison.  

A ses origines le jeûne au cœur des religions, était associé à la purification de l’âme.

Chez les juifs, Yom Kippour et Tisha Beav sont des jeûnes mentionnés dans la Torah.  Il s’agit de reconnaître ses péchés, les confesser, puis faire expiation devant Dieu, et de « s’humilier », c’est à dire de jeûner. Chez, les catholiques, le jeûne est une pratique assimilée à une pénitence qui permettait de prendre conscience de ses erreurs et de se rapprocher de Dieu. Dans l’islam, le jeûne pratiqué pendant le mois de ramadan correspond à une remise en question de soi en vue de devenir meilleur. Dans la religion hindoue, les croyants font différents jeûnes selon leurs croyances personnelles et leurs coutumes. Le jeûne permet de se libérer de ses péchés mais également de maîtriser sa sexualité.

Mais certains guérisseurs et médecins ont vite observé les effets bénéfiques du jeûne sur la santé.

  • En 370 avant JC, le médecin grec Hippocrate affirmait qu’il fallait « soigner ses petits maux par le jeûne plutôt que de recourir aux médicaments ».
  • Six cents ans après, le médecin romain Claude Galien prescrivait le jeûne afin de maintenir l’équilibre entre les humeurs et le corps.
  • 700 ans après, le médecin perce Avicenne guérissait de nombreux cas de maladies avec trois semaines de jeûne.
  • Au XVIème siècle, le médecin suisse Paracelse affirmait que le jeûne permettait l’autorégulation du corps.
  • Deux siècles plus tard, Friedrich Hoffmann médecin de famille du premier Roi de Prusse, certifiait pouvoir soigner des maladies graves par « la modération et le jeûne ».
  • En 1830, le docteur américain Isaac Jennings soigna une jeune fille atteinte du typhus avec du jeûne et du repos.
  • En 1900, le médecin américain John Tilden ouvrit de nombreuses écoles de santé vantant les mérites du jeûne.
  • En 1950, Herbert Shelton devint le fondateur de l’hygiénisme, une médecine non conventionnelle qui prône l’autoguérison, le crudivorisme, la naturopathie et le jeûne.
  • En suisse, le médecin Edouard Bertholet enseigna l’art du jeûne à des milliers de malades et de médecins.
  • En France, le docteur Paul Carton devint l’ambassadeur du jeûne, suivit plus récemment par André Passebecq, Albert Mosséri, Désiré Mérien, Daniel Kieffer, Jean-Pierre Willem.

Aujourd’hui, il existe une multitude d’études, de forums et de livres relatant les expériences menées pour évaluer les effets salutaires du jeûne.
Contesté chez nous, le jeûne et notamment le jeûne thérapeutique réservé aux malades (alors que le jeûne diététique s’adresse aux bien-portants), connaît un vrai succès dans certains pays.

  • Depuis 40 ans, en Russie, le jeûne est utilisé comme un élément central de la santé publique. Pourtant, les études réalisées sur les bienfaits du jeûne n’ont jamais été traduites et sont méconnues en occident. Elles démontrent pourtant des améliorations remarquables dans certaines affections telles que le diabète, l’hypertension artérielle, l’asthme, l’allergie, l’arthrose (et les douleurs articulaires de façon générale).
  • Aux États-Unis, l’institut Hippocrate en Floride utilise le jeûne thérapeutique avec beaucoup de succès y compris dans les cas de cancer.
  • Au Japon, le nombre de curistes à fréquenter le centre de jeûne du docteur Ishihara triple chaque année.
  • Au Canada, le biologiste Jean Rocan fonde un centre de jeûne en 1975 qui a traité plus de 8000 patients
  • L’Allemagne est le pays de référence, grâce à notamment la méthode du docteur Otto Büchinger, un médecin allemand qui a ouvert sa première clinique en 1953 après s’être guéri d’un rhumatisme articulaire aigu grâce au jeûne. Celui-ci a mis au point des recettes de jus de fruits et de bouillons de légumes, sur une base de 250 calories par jour, et a associé le jeûne avec des temps de repos et d’activités physique. Sa clinique de jeûne, ainsi que toutes celles qui se sont ouvertes par la suite sur ce principe, obtiennent des améliorations substantielles sur des maladies chroniques difficilement guérissables.
  • En France, le jeûne était une pratique quasi confidentielle qui commence à sortir petit à petit de l’anonymat relayée par la Fédération Française du Jeûne et Randonnée.

Néanmoins, la route est encore longue. Il fut un temps où nous jeûnions instinctivement lorsque nous étions souffrants, comme le font les animaux et les bébés. Aujourd’hui, nous préférerons « manger pour prendre des forces », même si cette digestion représente une mission supplémentaire à notre organisme déjà bien occupé à lutter, et prendre des médicaments pour nous permettre d’aller mieux, plutôt que de nous tourner vers des méthodes plus naturelles. Pourtant je peux vous assurer que l’essayer, c’est l’adopter.

Partager sur Facebook Publié le 22 février 2016 par Laura Azenard.

4 commentaires

  • Jeûner, sucre et nerfs.
    L’alimentation cétogène comme thérapie des troubles

    neurologiques. Par Markus Bock, Berlin.
    http://fasten.tv/content/02-vortraege/14-bock/vortrag-fr.mp4
    BIO NOW PROJECTS
    PROJETS MAINTENANT dans l’esprit BIO
    http://bionowprojects.blogspot.be/

    Félicitations pour votre blog, votre livre et votre détermination à utiliser des méthodes naturelles pour soigner!

    Avec mes hommages,

    Michel.

    • laura

      Merci Michel… pour vos encouragements et pour vos liens de qualité.

  • Rita

    Bonjour
    J’ai lu et relu votre livre. Je me suis retrouvée la dedans.
    Aujourd’hui mardi J-6 pour commencer le jeune que vous préconisez. J’espère tenir le coup.
    En tous cas tous mes remerciements pour ce bel ouvrage très agréable et surtout très clair à lire.
    Rita

    • laura

      Merci Rita !!!! Bon courage pour votre jeûne. Tenez-moi au courant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.