Pourquoi, en franchissant le seuil d’une boutique bio, on a ce sentiment d’acheter en conscience et de se faire du bien ? Est-ce parce qu’on y laisse le fond de ses poches ou parce que l’on y croise que des silhouettes longilignes ? Quand on s’interroge sur sa santé et son alimentation, Biocoop n’est plus très loin. Alors pour ceux qui envisagent de passer le cap, voilà quelques réponses aux questions que vous pourriez vous poser.

Pour bénéficier d’aliments plus riches en vitamines, minéraux et antioxydants
Les fruits et légumes bio contiennent plus de minéraux comme le magnésium, le fer et le zinc et jusqu’à 10 à 15 % de vitamine C de plus. Ils ont également jusqu’à  plus de 50% de plus d’antioxydants. Les végétaux n’étant plus protégés par les pesticides, doivent développer plus intensément leur propre système de défense pour lutter contre les agressions. Quant à la viande, le lait et ses dérivés, ils sont plus riches en acide gras insaturés et en oméga 3.
Comment je peux être aussi catégorique ? Ce sont les conclusions des Etudes de l’Alimentation Totale (EAT) menées par l’Anses en 2011 sur près de 20 000 produits de consommation courante. D’autres chercheurs au Royaume Uni ont fait une synthèse publiée dans le British Journal of Nutrition de 343 études. Ils arrivent aux mêmes conclusions avec jusqu’à 69 % d’antioxydants en plus.

Pour consommer moins de pesticides
Des rapports de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de la Food and Agriculture Organization (FAO) démontrent que les aliments bio présentent en moyenne jusqu’à quatre fois moins de résidus d’insecticides, fongicides, herbicides et pesticides en tous genres. Selon des études menées par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA), seuls 2% des échantillons bios analysés par la France contenaient des traces de pesticides, contre 37,74% des fruits et légumes issus de l’agriculture intensive. En moyenne, les consommateurs ont 18 fois plus de risques de trouver un résidu de pesticide dans un aliment issu de l’agriculture intensive que dans un aliment issu de l’agriculture biologique. Et selon les conclusions de l’étude menée par l’Anses une douzaine de substances toxiques comme de la dioxine, des métaux lourds et des pesticides ont été retrouvées sur des produits non bio. Et ce n’est pas fini : les fruits, légumes et céréales bio présentent 50%, 30 % de nitrate et 87 % de moins. En choisissant des aliments bio, vous pouvez consommer vos végétaux avec peau et pépins, là où se niche une grande concentration d’antioxydants.

Pour préserver notre environnement
L’utilisation massive de pesticides et d’engrais chimiques tue les sols et toute biodiversité. Nos sols deviennent compacts et créent de l’érosion à la première averse. Le bio utilise des matières organiques animales ou végétales. L’agriculture biologique préserve également l’eau, ses variétés sont adaptées aux conditions climatiques locales alors que l’agriculture classique irrigue à tout va des monocultures intensives, rejette dans les sols l’eau polluée par des produits chimiques de synthèse et des nitrates. Enfin, l’agriculture biologique agit pour la biodiversité en travaillant des variétés anciennes et en incitant les insectes à revenir. Vous privilégiez bien souvent les « petits » agriculteurs en achetant bio et vous encouragez tous ceux qui se préoccupent de la qualité de notre assiette, de notre environnement et de la biodiversité.

Pour garder la ligne
Les chercheurs de l’Inserm ont analysé l’état de santé des consommateurs de produits bio. D’après leurs résultats, publiés en octobre 2013, à apport calorique et niveau d’exercice physique équivalents, ceux-ci présentent un risque de surpoids et d’obésité beaucoup plus faible que celui des non-consommateurs d’aliments bio. Un constat qui s’expliquerait par la non-exposition aux pesticides, plusieurs études ayant mis en évidence une corrélation entre l’absorption de certains de ces polluants et l’obésité et du diabète. On pourrait également conclure que les produits bio étant plus denses nutritionnellement, il vous en faut moins pour vous rassasier.

Pour consommer plus savoureux
Les fruits et légumes bio sont récoltés plus mûrs que leurs cousins conventionnels. Ils sont concentrés en arômes. Du coup, vous profitez des saveurs selon  les saisons.

Découvrir l’existence de bon nombre d’aliments
Vous trouverez des centaines d’aliments dont vous ne soupçonnez même pas l’existence. Si je vous dis : cameline, laitue de mer, sorgho, gomasio, fenugrec et d’amarante, kasha,  azukis, les mungos, le seitan, vous mangez quoi ?  Bref, entrez dans un magasin bio et expérimentez…tout en vous faisant plaisir.

Pour ne pas payer plus cher
Fallait bien que je  mette mes pieds dans le plat. L’agriculture bio nécessite plus de temps et de main-d’œuvre, pour des rendements plus faibles. Par conséquent, les prix sont plus élevés. Sauf que :

  • Les kilomètres de rayons qui vous incitent à acheter n’existent pas (encore) dans les boutiques bio. Entre leurs lumières blafardes et leurs rayons minimalistes, soyez sans crainte, vous ne serez pas tenté.
  • Lorsqu’on mange bio, on consomme différemment. Vous n’achetez pas une pizza, un cola et des Kiri bio, même si l’agro-alimentaire n’a pas attendu très longtemps pour vous les proposer. Vous revenez à une cuisine de bon sens et dans le mot cuisine, il y a… cuisine. Et oui, vous achèterez des produits bruts, vous les cuisinerez et vous y prendrez gout.
  • Votre consommation de viandes, œufs et laitages diminue au profit des alternatives végétales.
  • Le vrac est 30% moins cher, vous choisissez vos quantités et limitez les emballages plastiques.
  • Les fruits et légumes bio sont bien souvent produits à moins de 250 kilomètres de votre point de vente, ce qui diminue les coûts de transport. Vous favorisez ainsi les circuits courts, les producteurs du coin et non les géants de l’agro-alimentaire.
  • Les fruits et légumes périssent assez vite dans les magasins bio. N’hésitez pas à baisser la tête pour regarder les rayons du dessous, bien souvent moins chers.

Indépendamment du fait que les aliments bio contiennent plus de nutriments et d’antioxydants et moins de métaux lourds et de pesticides, donc meilleurs pour votre santé, acheter bio, c’est s’engager pour notre terre, respecter la nature, refuser les excès d’une agriculture industrielle polluante, protéger la biodiversité, encourager les paysans de nos régions.

Partager sur Facebook Publié le 9 juin 2016 par Laura Azenard.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.