Il s'agit de refroidir la région du périnée pour faire circuler les graisses et les toxines et éviter de les stocker. Cette technique vient des contrées reculées comme la Nouvelle Guinée, à l’époque où l’homme marchait des heures pour trouver sa nourriture. Sous la chaleur, la sueur ruisselait jusqu’au bas ventre et la marche provoquait une légère friction au niveau du pli de l’aine. Refroidir l’entre-jambes, toujours confinée au chaud dans nos sous-vêtements, dynamise divers systèmes du corps et améliore la santé.

Pourquoi ?

Louis Kuhne fut le premier il y a 100 ans à mettre en avant les bénéfices de cette technique.   Notre mode de vie sédentaire, les polluants que nous ingérons, les excédents de notre digestion, créent des surcharges qui pour tenter de « sortir » se dirigent vers les extrémités de notre corps et provoquent eczémas, kystes, verrues, varices, surcharge, cellulite, fatigue chronique etc. L’action conjointe de la friction et de l’eau froide fait revenir ces surcharges vers l’intestin qui les éliminera à travers les selles et les urines. Pour France Guillain, qui étudie et pratique depuis 25 ans le bain dérivatif (et qui dans une forme olympique), cette pratique offre de nombreux bénéfices : disparition des douleurs articulaires et musculaires, élimination des mauvaises graisses, élévation des taux de sérotonine, anti-stress naturel, élévation de l’immunité. Les plus visibles sont « un remodelage progressif de la silhouette, une régulation du poids, une repigmentation progressive des cheveux, la disparition des excroissances de peau et de lipomes ».

Comment ?

Vous avez le choix :

A l’ancienne : L’idéal reste le bidet. Enjambez-le, prenez un gant de toilette et après l’avoir trempé dans l’eau froide, faîte-le glisser, en un geste continu de va-et-vient, de haut en bas (sens du transit et de l’élimination), du sexe à l’anus. La séance dure 10 minutes (15 minutes quand on pèse plus de 70 kg), mais peut se prolonger 30 minutes. et appliquez votre gant comme indiqué plus haut.

Vous pouvez aussi investir dans un bidet amovible qui se fixe à vos toilettes (pas très glamour) ou installer une planche au dessus de votre baignoire (pas très confort) et une bassine.

Plus moderne : France Guillain vous propose une poche de gel https://www.yokool.fr/fr/page/accueil. Elle est conçue spécialement pour cette pratique : unisexe et en forme de serviette hygiénique (12€/poche). Enveloppez une poche, refroidie au minimum deux heures au congélateur, d’un tissu et glissez-la dans votre culotte. Une heure de poche correspond à 10 minutes de bain dérivatif. L’idéal (je dis bien l’idéal), pour optimiser les résultats serait d’y consacrer 2 heures par jour. Une poche garde la fraîcheur de 20 à 40 minutes, selon votre état inflammatoire, et doit être changée dès que vous ne sentez plus le froid. Pour 2 heures, vous avez donc besoin de 4 poches de gel. Pour combiner fraîcheur et friction, mettez votre poche en marchant ou en faisant le ménage.

Si vous voulez tester cette méthode, sans investir dans des poches, vous pouvez utiliser une petite bouteille d’eau pleine que vous mettez au congélateur quelques heures (toujours à envelopper d’un tissu, une chaussette fait bien l’affaire). Bien sûr, c’est moins pratique et moins discret. Vous pourrez vous assoir dessus (pas très confortable) et marcher (uniquement chez vous).

Mises en garde

Éviter de faire votre bain proche des repas : avant il coupe l’appétit et après, il empêche la digestion.

Choisissez le moment qui vous convient le mieux. Avant votre douche chaude, il booste l’énergie, après, vous tomberez de sommeil.

Éviter d’avoir froid. Un frisson provoque instantanément de la chaleur à l’intérieur du corps et en particulier dans le bas du ventre, ce qui est le contraire de ce que l’on veut obtenir avec cette technique. Alors habillez-vous chaudement. Pour les bains à l’ancienne, seules les fesses sont découvertes. Oubliez les douches froides après votre bain ou le port de la poche. Si vous avez le temps et si vous voulez accentuer et prolonger le rafraîchissement interne, prenez un bain chaud ou allongez-vous avec une bouillotte.

Évitez-le si vous avez une toute petite vitalité, si vous venez de vous faire opérer ou si vous avez un stimulateur cardiaque.

Partager sur Facebook Publié le 13 février 2017 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.