Prise de poids et inflammation

Le temps où la prise de poids se résumait uniquement à la malbouffe et à la sédentarité est révolu. Certes, vous inonder de frites au Saindoux et de churros n’aide pas l’aiguille de la balance à pencher du bon côté. Mais aujourd’hui, d’autres facteurs sont à prendre en compte comme l’inflammation.

Pour commencer, vos cellules graisseuses, les adipocytes sont entourées par des cellules impliquées dans les réactions inflammatoires et immunitaires : les lymphocytes T (globules blancs) et les macrophages (cellules qui appartiennent aux globules blancs). Le surpoids augmente le nombre de globules blancs. En 2004, l’équipe Inserm de l’Hôtel Dieu à Paris du professeur Karine Clément constate une réaction immunitaire dès que vous accumulez de la graisse dans le tissu adipeux. Les globules blancs s’activent en libérant des messagers, les mêmes que face à des virus ou des bactéries, afin de mobiliser d’autres globules blancs. Les messagers sécrétés par vos globules blancs entraînent une inflammation de votre organisme entier, ce qui se reflète par l’élévation de marqueurs inflammatoires comme la CRP (la protéine C réactive).

L’inflammation perturbe vos cellules cérébrales et diminue la production de neurotransmetteurs tels que la sérotonine. Un faible taux de sérotonine entretient la faim et facilite l’accumulation des graisses.

L’inflammation participe également à la fonte musculaire en utilisant la L-glutamine, l’acide aminé du muscle pour produire de l’énergie. En perdant du muscle, grand consommateur d’énergie, votre surpoids est entretenu.

L’inflammation entraine une résistance à la leptine, hormone produite par le tissu adipeux. Elle agit sur le contrôle du métabolisme de vos graisses et celui de la satiété. Vos cellules conservent leurs graisses. Plus il y a de graisses, plus il y a d’inflammation, plus la résistance à la leptine augmente, plus il y a de graisses, etc.

L’inflammation est entretenue chaque jour par les polluants. Vos cellules grasses piègent comme des éponges les polluants solubles dans les graisses. La pollution atmosphérique, de l’eau et de l’alimentation industrielle sont pro-inflammatoires, les perturbateurs endocriniens reconnus comme facteurs majeurs du surpoids et du diabète agressent votre système immunitaire. Votre organisme n’a pas d’autre choix que de réagir et de lancer un signal d’alarme émis par certains transmetteurs : les prostaglandines, l’histamine et autres messagers, qui déclenchent les réactions immédiates de l’inflammation.

Adoptez un mode de vie anti-inflammatoire : soignez vos assiettes, bougez et jeûnez

Pour aller plus loin : https://lauraazenard.fr/2017/10/23/poids-pourquoi-on-stocke/

Partager sur Facebook Publié le 5 septembre 2018 par Laura Azenard.

2 commentaires

  • Alemps

    Bonjour
    Pourriez vous expliquer le processus inflammatoire Svp? On en parle souvent mais il est rarement décrit.
    Je connais celui qui est le plus évident, par exemple une piqûre d’insectes, une plaie infectée, avec des symptômes tels que douleur, grosseur, rougeur, chaleur. Mais en interne?
    Merci

    • Laura Azenard

      Bonjour, c’est le sujet d’un de mes prochains articles. Un peu de patience, il est bientôt terminé 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.