Intestins poreux : tous concernés

Le Dr Seignalet détecte une perméabilité de l’intestin chez la plupart de ses patients atteints de maladies inflammatoires chroniques. Mais même si vous êtes en pleine forme, l’étanchéité de votre intestin est imparfaite. Fatigue, diarrhées, alternances diarrhée-constipation, ballonnements, douleurs abdominales, allergies sous toutes leurs formes, maux de dos, difficultés à uriner, à dormir, migraines, douleurs lors des rapports sexuels, intolérances alimentaires, maladies auto-immunes, sont autant d'invitations à vous intéresser à la porosité de votre intestin.

Votre intestin grêle permet l’absorption des nutriments. Il est entièrement recouvert de poils de moins d’un millimètre de haut et chacun de ces poils est revêtu d’une couche de cellules appelées « entérocytes » en charge de fabriquer des enzymes. Ces ouvriers assimilent les acides aminés, les sucres simples et les acides gras et les font passer dans la circulation sanguine. La muqueuse de votre intestin forme également une barrière protectrice entre le milieu intérieur de votre organisme (sang, hormones…) et le milieu extérieur (de la bouche à l’anus). Cette étanchéité est assurée par des « jonctions serrées ». Votre barrière est ainsi imperméable aux macromolécules : antigènes, toxines, pathogènes, aliments non digérés. Ces jonctions assurent aussi le fonctionnement des entérocytes, essentiels pour l’absorption de vos nutriments et la prise en charge des toxines par l’intestin.

Le problème de cette surface est qu’elle est très fragile : d’une part par sa taille (supérieure à celle d’un terrain de tennis) et sa minceur (4/100 de mm), d’autre part par la durée de vie très limitée des entérocytes qui la tapissent. De nombreux facteurs peuvent altérer votre barrière :

  • L’alimentation : excès de putréfaction (digestion des protéines) ou de fermentation (digestion des glucides), mauvaises graisses, surplus de gliadine (composant du gluten) et d’anti-nutriments ( lectines et saponines des céréales), métaux lourds, alcool, tabac, additifs et conservateurs alimentaires, pesticides, intolérances alimentaires (gluten, produits laitiers, FODMAP).
  • La prise sur le long terme de médicaments : antibiotiques, anti-inflammatoires, corticoïdes, inhibiteurs de la pompe à protons, etc.
  • Un état inflammatoire chronique : les cytokines inflammatoires produites par vos cellules immunitaires provoquent le relâchement des jonctions serrées.
  • Le stress : votre intestin est relié à votre cerveau à travers 200 000 millions de neurones et le nerf vague. Il existe autant d’espèces de neurones ou de molécules chimiques dans votre intestin que dans votre cerveau (sérotonine, dopamine, etc.). Votre cerveau influence votre intestin et réciproquement.
  • Le sport intensif : pendant l’effort, la circulation sanguine intestinale est fortement diminuée. Elle ré-augmente à l’arrêt de l’exercice. Ce phénomène appelé «ischémie-reperfusion » est générateur de radicaux libres qui agissent sur vos jonctions serrées  en favorisant leur ouverture. Les ondes de choc fragilisent également votre intestin.
  • Un déficit en IgA (Immunoglobuline A) : des infections fréquentes bactériennes telles que E. Coli, virales, parasitaires, mycosiques provoquent des réarrangements de vos jonctions serrées.

A terme, ces facteurs modifient votre microbiote intestinal et altèrent la couche de mucus protecteur. Vos jonctions deviennent disjointes et vos intestins des passoires. Des substances alimentaires passent dans le sang. Votre organisme doit réagir. Votre intestin étant le berceau de votre système immunitaire, les troubles s‘installent (migraines, allergies, intolérances…).

Certaines substances peuvent vous aider comme la glutamine, le butyrate, des probiotiques, ainsi que certaines plantes comme l’aloe vera, le ginkgo biloba, le thé vert, la réglisse. Mais la première action, à la portée de chacun est de limiter les dégâts en changeant le contenu de votre assiette : l’alimentation moderne, transformée n’est pas adaptée à la santé de vos intestins !

Partager sur Facebook Publié le 25 septembre 2018 par Laura Azenard.

7 commentaires

  • Merci Laura pour cet excellent article, et ces rappels indispensables !
    Eh oui, Seignalet avait raison… et c’est encore plus d’actualité aujourd’hui.
    Une bonne santé s’appuie sur 3 piliers :
    – l’hérédité : on n’y peut pas grand chose…
    – l’environnement, au sens large du terme : on peut agir sur certains facteurs, comme le stress…
    – l’alimentation : c’est bien le plus important, car c’est celui sur lequel on a le plus d’influence, et qui dépend en grande partie de nos choix…
    Donc je te rejoins totalement : la 1ère action à mettre en place est de veiller à la qualité de notre assiette 🙂

  • ALAIN REYFTMANN

    Bonjour Laura
    Ce qui est important pour vos lecteurs, ce sont les solutions
    5 lignes sur les solutions c’est un peu court
    Pouvez vous dans votre prochaine lettre, développer ces 5 lignes?
    Merci
    Alain

    • Laura Azenard

      Merci Alain mais mon post serait bien trop long puisqu’il faut remonter à la cause de la cause ;).
      De nombreux livres abordent le sujet, comme ceux de Marion Kaplan par exemple, qui restent faciles d’accès.

  • Barthélémy

    Merci pour votre texte , je prends du kéfir de fruits depuis quelques jours , pensez vous que ce soit utile sur la durée ?
    J acheté très peu d aliments transformés
    N ai pas supprimé le bon pain au levain de mon boulanger mais j’ai des gazs certains jours sans douleur ni constipation cela veut il dire que mes intestins sont poreux ?
    Merci

    • Laura Azenard

      Bonjour Sylvette, il faudrait croiser ces gaz avec d’autres symptômes : fatigue, trouble du sommeil, inflammations, allergies, etc

  • petrachi

    Et si on parlait de l’alimentation complètement EMPOISONNE, de l’air, de l’eau, de la maltraitance des animaux …………que : » au lieu de souhaiter bonne appétit, il faut se souhaiter BONNE CHANCE  » P.Rabhi
     » La dénomination agroécologie sous-entend la liaison inséparable entre une activité de production saine et durable et la préservation du milieu et des ressources naturelles.  »
    CONSCIENCE ET ENVIRONNEMENT PIERRE RABHI
    LA SYMPHONIE DE LA VIE
    Il faut donc remonter aux causes Madame la Naturopathe, et les IRRESPONSABLES qui les produise. Sans quoi vous aurez de plus en plus de travail .

    • Laura Azenard

      Vous avez bien raison Antoine 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.