L’huile de coco, une alliée minceur ?

L’huile de noix de coco était très utilisée au début du 20e siècle, par l’industrie agro-alimentaire américaine en raison de sa stabilité à haute température, de sa texture et de son goût. Puis, dans les années 1940, en raison de sa forte teneur en acides gras saturés, soupçonnés de favoriser les maladies cardiovasculaires, elle a été remplacée par l’huile de maïs, de coton ou de soja.

Pourtant, 85% de ses acides gras de l’huile de coco sont dits saturés mais 65% des acides saturés sont des triglycérides à chaînes moyennes (TCM) qui ne se comportent pas dans votre organisme comme les acides gras saturés à longues chaînes que l’on trouve par exemple dans les viandes. Ce sont des acides gras particuliers qui de par leur structure sont vite métabolisés et apportent plus rapidement de l’énergie à vos cellules. Une étude de 2010 parue dans l’American Journal of Clinical Nutrition, un journal scientifique de référence, indique ainsi après l’examen de données concernant près de 350 000 personnes sur presque 25 ans qu’il n’existe pas de lien entre le risque d’infarctus et de maladies cardiovasculaires et les acides gras saturés (à longues chaînes ou non).  Autre avantage, ils sont plus stables à la cuisson.

Les TCM sont une aide à la perte de poids. Ils sont plus difficiles à stocker et plus faciles à brûler que les autres graisses*. Ils augmentent la dépense de calories au repos de l’organisme. Une étude a conclu que 15 à 30 grammes de TCM par jour augmentent la consommation d’énergie de 5 %, ce qui représente 120 calories par jour**. En préservant votre foie, l’huile de coco permet d’assurer un bon fonctionnement de votre glande thyroïde. Une autre étude de 2009 a montré que remplacer l’huile de soja par de l’huile de noix de coco permettait une légère baisse de poids aux femmes souffrant d’obésité abdominale***. Un gramme d’huile de coco contient un peu moins de calories qu’un gramme d’huile végétale classique.

Votre huile de coco doit être vierge, extraite à froid de noix de coco mûres et fraîches, sans chauffage ni produits chimiques. L’huile de coco hydrogénée, blanchie et désodorisée sont certes moins chères mais moins saines.

Le meilleur moment pour la consommer est le matin. Les anti-huile de coco vous rappellent au bon sens. L’idée n’est pas de faire non plus une mono diète d’huile de coco : 2 cuillères à café donne 20 g de graisses saturées, l’apport journalier recommandé. Il s’agit de varier vos apports.

*Guide de l’huile de coco de Danièle Sincholle
**Twenty-four-hour energy expenditure and urinary catecholamines of humans consuming low-to-moderate amounts of medium-chain triglycerides: a dose-response study in a human respiratory chamber
***Effects of dietary coconut oil on the biochemical and anthropometric profiles of women presenting abdominal obesity

Pour aller plus loin : Le poids et l’inflammation

Partager sur Facebook Publié le 17 décembre 2019 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.