Ho oponopono, d’où ça vient ?

Le grand boom du développement personnel a mis en lumière autant de méthodes qu’il existe de régimes. Alors, comment vous y retrouver et pourquoi celle-ci serait meilleure que les autres ?

Tout d’abord, parce que cette méthode est ancestrale hawaïenne. Elle est une tradition sociale et spirituelle de repentir et de réconciliation. Autrefois, il s’agissait d’un rituel dirigé par un guérisseur. On se rassemblait autour de lui, le problème lui était exposé, les discussions étaient entrecoupées par des temps de silence et des moments de prière. Au bout de quelques heures ou de quelques jours, quand chacun avait reconnu sa propre responsabilité, venait le temps du pardon et du repentir et c’est ainsi que chacun se libérait et retrouvait la paix.

Ensuite, dans les années 1970, la guérisseuse Morrnah Nalamaku Simeona modernisa cet Ho’oponopono traditionnel afin de l’adapter au monde moderne, pour que chacun puisse pratiquer sans avoir recours à un guérisseur. Elle mit en place un enseignement nouveau avec pour principe de base que « nous sommes les créateurs à 100 % des événements dans notre vie, et rien n’échappe à cette règle » : tout est le fruit de nos pensées et de nos mémoires. Les faits heureux proviennent de nos mémoires harmonieuses, alors que les épisodes traumatisants ou simplement négatifs découlent de nos mémoires erronées. Dans ce dernier cas, la pratique de Ho’oponopono permet de les effacer, et de changer du même coup la situation désagréable.

Dans les années 90, le Dr. Ihaleakala Hew Len utilisa cette méthode en tant que psychologue, dans une aile psychiatrique d’un pénitencier de Hawaii auprès de malades mentaux criminels sans même les recevoir. En quatre ans, il réussit à améliorer leur santé et leur comportement, jusqu’à ce qu’ils soient tous libérés. Partant du principe que les subconscients sont reliés, il nettoyait en lui-même, dans son subconscient, les causes de leur maladie : « Tout simplement, je guérissais la partie de moi qui les avait créés ».

En 2005, la méthode Ho oponopono fit l’objet d’une étude menée par le professeur J. Matthew à la Walden University du Minnesota. Un groupe de 79 participants a été divisé de façon aléatoire en un groupe test et un groupe contrôle. Les résultats démontrèrent que les participants appliquant la méthode Ho’oponopono « obtenaient une amélioration de la santé et des relations interpersonnels et intra personnels, alors que le groupe de contrôle ne montraient aucun changement significatif».

Dix années plus tard, le célèbre cancérologue Luc Bodin valide la méthode Ho’oponopono. « Nous sommes les créateurs du monde dans lequel nous vivons, et en changeant nos mémoires erronées, nous sommes capables de le transformer radicalement ».

Une des grandes différences avec toutes les autres méthodes qui ont pour ambition de vous aider est que vous ne la pratiquer pour obtenir des résultats mais pour accepter ce qui est. Et c’est seulement une fois fait, que l’équilibre arrive.

Pour allez plus loin : Ho oponopono, pour moi et pour les autres

Partager sur Facebook Publié le 1 septembre 2020 par Laura Azenard.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.