La crise sanitaire et le manque de luminosité affaiblissent le moral de beaucoup d'entre nous. Être triste lorsque nous vivons des moments difficiles est tout à fait normal. Mais si ce sentiment persiste, qu’il interfère avec la capacité à travailler, à se concentrer, à manger, à dormir ou à s’amuser, il peut se transformer en dépression.

La déprime est un état passager. La dépression qui se caractérise par des symptômes comme l’incapacité au plaisir, la perte ou la prise de poids, l’insomnie, l’agitation, la fatigue physique, l’indécision ou les pensées morbides ou suicidaires, perdurent pendant un minimum deux semaines au moins.

Les formes de mal-être sont nombreuses. Pour mieux comprendre où vous en êtes, voilà un test qui permet d’évaluer les troubles anxieux et dépressifs : le HAD (Hospital Anxiety and Depression scale). Il comporte 14 items, cotés de 0 à 3. Sept questions se rapportent à l’anxiété (total A) et sept autres à la dimension dépressive (total D), permettant ainsi l’obtention de deux scores (note maximale de chaque score = 21).

  1. Je me sens tendu(e) ou énervé(e)
  • La plupart du temps 3
  • Souvent 2
  • De temps en temps 1
  • Jamais 0
  1. Je prends plaisir aux mêmes choses qu’autrefois
  • Oui, tout autant 0
  • Pas autant 1
  • Un peu seulement 2
  • Presque plus 3
  1. J’ai une sensation de peur comme si quelque chose d’horrible allait m’arriver
  • Oui, très nettement 3
  • Oui, mais ce n’est pas trop grave 2
  • Un peu, mais cela ne m’inquiète pas 1
  • Pas du tout 0
  1. Je ris facilement et vois le bon côté des choses
  • Autant que par le passé 0
  • Plus autant qu’avant 1
  • Vraiment moins qu’avant 2
  • Plus du tout 3
  1. Je me fais du souci
  • Très souvent 3
  • Assez souvent 2
  • Occasionnellement 1
  • Très occasionnellement 0
  1. Je suis de bonne humeur
  • Jamais 3
  • Rarement 2
  • Assez souvent 1
  • La plupart du temps 0
  1. Je peux rester tranquillement assis(e) à ne rien faire et me sentir décontracté(e)
  • Oui, quoi qu’il arrive 0
  • Oui, en général 1
  • Rarement 2
  • Jamais 3
  1. J’ai l’impression de fonctionner au ralenti
  • Presque toujours 3
  • Très souvent 2
  • Parfois 1
  • Jamais 0
  1. J’éprouve des sensations de peur et j’ai l’estomac noué
  • Jamais 0
  • Parfois 1
  • Assez souvent 2
  • Très souvent 3
  1. Je ne m’intéresse plus à mon apparence
  • Plus du tout 3
  • Je n’y accorde pas autant d’attention que je devrais 2
  • Il se peut que je n’y fasse plus autant attention 1
  • J’y prête autant d’attention que par le passé 0
  1. J’ai la bougeotte et n’arrive pas à tenir en place
  • Oui, c’est tout à fait le cas 3
  • Un peu 2
  • Pas tellement 1
  • Pas du tout 0
  1. Je me réjouis d’avance à l’idée de faire certaines choses
  • Autant qu’avant 0
  • Un peu moins qu’avant 1
  • Bien moins qu’avant 2
  • Presque jamais 3
  1. J’éprouve des sensations soudaines de panique
  • Vraiment très souvent 3
  • Assez souvent 2
  • Pas très souvent 1
  • Jamais 0
  1. Je peux prendre plaisir à un bon livre ou à une bonne émission de radio ou de télévision
  • Souvent 0
  • Parfois 1
  • Rarement 2
  • Très rarement 3

Additionnez les points des réponses : 1, 3, 5, 7, 9, 11, 13 : Total A = _______

Additionnez les points des réponses : 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14 : Total D = _______

Pour dépister des symptomatologies anxieuses et dépressives, l’interprétation suivante peut être proposée pour chacun des scores (A et D) :

  • 7 ou moins : absence de symptomatologie
  • 8 à 10 : symptomatologie douteuse
  • 11 et plus : symptomatologie certaine.

Selon les résultats, il sera peut-être nécessaire de demander l’avis d’un spécialiste. La dépression n’est pas une maladie bénigne.

La phytothérapie offre un panel de plantes aux effets antidépresseurs. La plus célèbre d’entre elles est le millepertuis. Ne le prenez pas n’importe comment. Son utilisation requiert une attention particulière, plus délicate que pour la plupart des plantes, de par son grand nombre de molécules.
Je lui préfère le griffonia et le safran également efficaces mais sans les inconvénients du millepertuis. Le griffonia, est un précurseur du tryptophane, qui vous permet de fabriquer de la sérotonine, l’hormone du bonheur. Le safran agit comme le millepertuis en inhibant la recapture de la sérotonine, un neurotransmetteur, par les synapses de votre cerveau. Mais encore une fois, si vous l’allez pas bien, faites-vous accompagner. Ne vous auto-médicamentez pas.

La luminothérapie, l’exposition à la lumière solaire grâce à une lampe de 2 500 lux pendant deux heures ou 10 000 lux pendant trente minutes est une aide supplémentaire dans des régions peu ensoleillées.

Pour aller plus loin : Le lien intestin-cerveau

Partager sur Facebook Publié le 25 janvier 2021 par Laura Azenard.

5 commentaires

  • bottollierlouise

    Bonjour absence de symptomatologie 4 le score je suis ravie merci pour le partage du test bien à vous louisebottollier@gmail.com

  • Ann L.

    Bonjour, merci pour tous vos bons conseils.
    Helas je rentre dans kes cases du stress.
    Avez vous des marques à conseiller pour le Griffonia et Safran car on vend tout et n’importe quoi et il peut y avoir une question de dosage.
    Merci par avance.

    • Laura Azenard

      J’aime ceux de LPEV

  • Yamina

    un résultat de 6 me conforte dans mon idée que seule je suis parfaitement heureuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.