Lorsque vous jeûnez, vos réserves de glucose s’épurent. Votre corps ne va tout de suite s’attaquer à votre gras et le transformer en énergie, en corps cétoniques. Ne sachant pas ce que vous traficotez et à quelle heure, il recevra de nouveau de la nourriture, il met en place une solution temporaire en attendant d’y voir plus clair.

Il va fabriquer du glucose à partir de vos acides aminés, donc des protéines. Pas de panique, il va s’attaquer en priorité aux protéines non essentielles, usées et détériorées, les protéines glyquées. C’est le tout début de la magie de l’autolyse, ce mécanisme selon lequel en restriction calorique, vous utilisez les cellules détériorées pour nourrir les cellules saines. Le principe d’autolyse épargne les organes et tissus essentiels. Le physiologiste Yeo et le professeur Chossat ont autopsié des personnes mortes d’inanition. Ce sont bien les pertes de graisse qui sont les plus importantes (97 %). La perte de muscles est de 3 % et celle du cœur de 0,1 %.

Les protéines glyquées sont des cellules détériorées. Elles résultent de votre consommation de glucides. Lorsque vous mangez des glucides en grande quantité, vous caramélisez vos protéines, c’est ce qu’on appelle « la réaction de Maillard » qui aboutit à la formation des AGE, pro-inflammatoires. Cette glycation est souvent décriée dans l’assiette notamment quand vous faites caraméliser une viande mais existe aussi dans votre corps.

Vous n’allez donc pas perdre vos muscles en jeûnant quelques jours et encore moins si vous choisissez d’associer votre jeûne à des activités physiques douces comme la randonnée. Voilà pourquoi le Dr Buchinger, grand ambassadeur du jeûne, invita le mouvement au jeûne, qui était à l’époque plutôt alité.

J’organise des stages de jeûne, randonnée et yoga depuis longtemps. J’ai pu vérifier à plusieurs reprises l’évolution de la masse maigre de mes jeûneurs avec un outil de mesure fiable et sophistiqué, un impédancemètre miniaturisé à multifréquences, utilisé en secteur hospitalier. Il en a résulté aucune perte de masse maigre, comme c’est bien souvent lors d’une perte de poids et une augmentation du métabolisme et de l’énergie. Certains, pour les plus sédentaires sont même repartis avec plus de masse maigre qu’à leur arrivée.

Pour aller plus loin :La peur de jeûner

Partager sur Facebook Publié le 28 avril 2021 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.