Lorsque vous fréquentez Madame Arthrose, c’est pour la vie. Elle n’est pas de celles que l’on remercie au petit matin. Quand elle débarque, c’est avec ses valises ! Madame Arthrose, c’est Glenn Close de Liaison Fatale. Lorsque vous fréquentez Madame Arthrose, soyez en forme. Elle vous aime le jour comme la nuit. Peu lui importe si vous êtes occupé, elle vous veut tout entier. Lorsque vous fréquentez Madame arthrose, apprenez à la connaitre si vous voulez maitriser ses ardeurs.Comme c’est une amie, je peux vous parler d’elle.

Qui est-elle ?

L’arthrose est une maladie fréquente puisqu’elle concerne aujourd’hui 10 millions de personnes, soit plus de 15 % de la population française. Les symptômes sont la douleur, le gonflement et la raideur des articulations. Ils peuvent devenir définitifs et vous handicaper fortement dans votre vie quotidienne.

L’arthrose est un rhumatisme chronique invalidant causé par la destruction progressive de votre cartilage. Pour qu’il joue son rôle d’amortisseur et de protecteur, le cartilage doit être à la fois rigide et déformable, pour encaisser des chocs, tout en répartissant de façon équilibrée les pressions exercées sur vos articulations. Pour se faire, lorsque votre genou est au repos, il absorbe le liquide synovial (sorte de lubrifiant-dégrippant pour articulations). Quand vous marchez, avec la pression du corps sur le genou, le cartilage est pressé comme une éponge et renvoie le liquide synovial dans votre articulation.

Lorsque votre genou est attaqué par l’arthrose, le cartilage ne parvient plus à distribuer correctement le liquide synovial et votre cartilage finit par s’effriter.

L’arthrose est bien une maladie inflammatoire. Les chondrocytes, cellules chargées de renouveler le cartilage, ne parviennent plus à compenser sa perte. Elles s’énervent et donnent naissance à des inflammations. Avec les premières lésions, des débris articulaires apparaissent et entretiennent l’inflammation des chondrocytes qui vont produire à leur tour des molécules appelées cytokines qui vont entretenir leur propre inflammation. Un vrai cercle vicieux ! A la longue, votre cartilage s’use, son épaisseur diminue. Il peut aller jusqu’à disparaître en laissant vos os en contact direct. Les frottements vont alors attaquer les surfaces osseuses.

L’arthrose est une maladie qui déforme. Les os détruits tenteront de se reconstruire, mais ils le feront anormalement, formant de petits becs osseux. Ces excroissances peuvent déformer votre articulation et déclencher également une inflammation. Vos ligaments et vos tendons sont eux aussi attaqués. L’articulation gonfle et les mouvements deviennent encore plus douloureux.

Qui aime-t-elle ?

Les opportunités de lui plaire sont nombreuses :

  • L’âge : Bien sûr, le vieillissement joue un rôle important, le cartilage résistant moins aux agressions. Mais elle peut aussi être détectée chez les plus jeunes, comme moi. Un patient sur trois a moins de 40 ans.
  • Le sexe : Les femmes sont plus convoitées que les hommes, surtout à partir de 55 ans où elles représentent deux malades sur trois. À la ménopause, leurs hormones chutent ce qui fragilise les os, les rendant plus vulnérables.
  • Le surpoids et l’obésité : C’est infaillible ! Plus vous pesez lourd et plus vous risquez de lui plaire.
  • L’hérédité : Pour les arthroses de la main et du genou, des liens génétiques ont été prouvés.
  • L’activité professionnelle : Les professions obligeant à porter des charges lourdes ou à faire de façon répétée des flexions du genou sont très appréciées par l’arthrose.
  • L’activité sportive intensive ou le surmenage articulaire : Les professionnels ou ceux qui ont débuté extrêmement tôt des sports nécessitant beaucoup de rotations et de contre-appuies comme le football ou les sports de combat sont les plus exposés.
  • Les articulations déjà abîmées : Il suffit d’une entorse mal soignée ou d’une anomalie congénitale, et vos articulations ne travaillent pas comme il le faudrait.
  • Les maladies : Il existe malheureusement des maladies qui affectent le cartilage et augmentent les risques d’arthrose.

Ou se cache elle ?

L’arthrose évolue selon votre âge et votre profil:

  • Chez les jeunes des moins de 65 ans, elle se loge de préférence dans les hanches et les genoux.
  • Chez les moins jeunes de 65 à 75 ans, elle aime la colonne vertébrale dans 70 % des cas, dans les doigts dans 60 % des cas, les genoux dans 30 % des cas et les hanches dans 10 %

Comment évolue elle ?

On retrouve généralement 4 stades :

  • Le stade 1, un peu : L’arthrose est là mais vous ne sentez rien.
  • Le stade 2, beaucoup : Vous ressentez une douleur lors d’un effort, mais pas de raideur.
  • Le stade 3, passionnément : Tous les symptômes sont là : raideur, douleur, craquement, grincement. Les sportifs découvrent souvent leur maladie à ce stade.
  • Le stade 4, à la folie : Tous les symptômes précédents sont là, et en plus la maladie est tellement installée qu’elle est devenue difficile à traiter. La prothèse n’est pas loin.

Tout savoir sur Madame Arthrose vous permet de non seulement vivre des jours heureux avec elle, mais également de savoir comment la gérer, la calmer…. et l’aimer autant qu’elle vous aime.

Partager sur Facebook Publié le 6 novembre 2015 par Laura Azenard.

12 commentaires

  • Kate

    Bonjour,
    Je vais m’empresser de decouvrir votre livre..
    En effet, aujourd’hui j’ai 45ans et je suis suivie depuis mes 35ans, pour multiple arthrose dégénérative
    J’ai déjà subit plusieurs operations( arthrodèse cervicale, l’épaule, les lombaires)
    Le chirurgien me propose une arthrodèse des lombaires sur 5 Niveaux, infiltration pour la hanche, ce que j’ai refusé !
    Je veux d’abord essayer une medecine alternative car à long terme la chirurgie ne donne pas de bon resultat ( d’après mon experience) Donc pour le moment, je suis une fascia thérapie qui n’est pas douloureuse et qui peut soulager les tensions et la douleur….
    Je vais lire votre livre, pour savoir et connaitre les autres alternatives et en apprendre plus
    Déjà merci pour avoir partagé votre avanture:)

    • laura

      Bonjour,
      Je vous remercie de votre intérêt pour mon travail.
      Vous avez raison d’exploiter toutes les ressources des médecines douces avant de vous livrer une nouvelle fois aux bistouris. Vous êtes courageuse.
      Je ne peux que vivement vous recommander de vous inscrire dans une démarche anti-arthrosique… du matin jusqu’au soir.
      Adoptez un régime alimentaire hypotoxique et antioxydant afin d’abaisser votre niveau d’inflammation. Jeûnez régulièrement ou faîtes des mono diètes. Misez sur le pourvoir de certaines plantes comme l’harpagophytum ou l’ortie. Massez-vous avec des huiles essentielles de gaulthérie. Faîtes des cataplasmes d’argile et de choux rouge. Et surtout bougez vos articulations dès que cela est possible avec des activités douces.
      Ce n’est pas drôle tous les jours, j’en conviens mais c’est en vous impliquant au quotidien et de façon rigoureuse que vous obtiendrez des résultats.
      Je vous assure que vos efforts seront vite récompensés.
      J’espère vous avoir donné un peu d’énergie et de motivation.
      Donnez-moi de vos nouvelles.
      Bien à vous
      Laura

  • Barreteau

    Bonjour, une amie vient de me faire parvenir un article sur votre expérience . J’ai 65 ans, souffre d’arthrose du genou, depuis plusieurs années, qui me limite dans mes projets de marche. Est ce encore temps ?

    • laura

      Bonjour, bien sûr, il n’est jamais trop tard pour prendre soin de soi. Inscrivez-vous dans une démarche anti-arthrosique au quotidien et vous serez surprise des résultats. N’hésitez pas à revenir vers moi.

  • Merci pour ce blog très interressant. Je lirez les prochaines publications avec interet. Isa

  • Alan

    Bonjour, merci pour ce blog et les quelques vidéos ou vous intervenez. J’ai 37 ans et une arthrose à un genou qui s’est déclarée il y a un peu plus d’un an. Votre témoignage me donne de l’espoir. J’ai suivi beaucoup de vos conseils en matière alimentaire, pas tous, en faisant des recherches complémentaires sur d’autres éventuelles carences. J’aurais sans doute beaucoup de questions à vous poser. Mais une question importante pour moi est liée aux craquements du genou. Votre genou craquait-il, un peu, beaucoup? Y’a-t-il eu une évolution à ce niveau ? Pour ma part, même si il me semble que mon arthrose évolue dans le bon sens, je ne vois (enfin, je n’entend) pas vraiment d’évolution à ce niveau pour l’instant. Je me demande si il faut se fier à ça comme un indicateur de la maladie et de son évolution.

    • Laura Azenard

      Bonsoir Alan, un genou qui craque n’est pas systématiquement le signe d’une arthrose. Ce bruit, naturel, est appelé « cavitation ». Il est provoqué par le gaz présent à l’état dissous dans le liquide synovial (notre lubrifiant), contenu dans la capsule articulaire, située entre deux articulations. En revanche, c’est un indicateur si le craquement du genou s’accompagne systématiquement d’une douleur, souvent sur le devant du genou, en mettant du poids sur votre articulation, en descendant un escalier par exemple. Interrogez-vous plutôt sur la douleur que sur le craquement. Me concernant, je n’ai plus de douleurs, je vous remercie. 😉

      • Alan

        Merci de votre réponse. Mon cas est un peu spécial, puisque je ne ressens aucune douleur. Sauf quand mon genou gonfle après certains sports comme le basket (mais pas après le footing ou le vélo par exemple). C’est le seul symptôme, avec les craquements. Mais après examens c’est bien une arthrose, le cartilage est fortement endommagé à certains endroits.
        Actuellement j’essaye de suivre ce que recommande le Pr Wendt, un régime carencé en protéine, sans viande, depuis une dizaine de jours.

  • Lemonche

    Bonjour Laura,
    J’ai lu votre premier livre avec beaucoup d’intérêt et j’apprécie chacune de vos newsletters. Avez-vous une idée de traitement naturel pour remplacer le Colchimax que je prends chaque jour pour une chondrocalcinose et arthrose du genou ? Je vous remercie d’avance pour votre réponse. Bien à vous.
    Gisèle

    • Laura Azenard

      Bonjour Gisèle,
      Merci de votre intérêt pour mon travail. Je peux vous indiquer quelques basiques mais rien ne vaut une prise en charge individuelle. Tous les anti-inflammatoires naturels dans un premier temps : curcuma, oméga 3. Ensuite, des plantes comme la busserole, le frêne, la vergerette…

Répondre à Lemonche Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.