Les bonnes cuissons, les bons ustensiles

Consommer mieux, c’est aussi s’intéresser aux cuissons et matériaux respectueux des apports nutritionnels de vos aliments, qui ne vont pas s’oxyder, rouiller ou laisser échapper de microparticules toxiques (aluminium, émail au plomb, téflon).

Avant de vous procurer le bon équipement de cuisson, faites de la place et débarrassez-vous des mauvais ustensiles.

  • Vos poêles avec des revêtements adhésifs téflon PFOA ou PTFE. Ils deviennent toxiques quand ils sont endommagés. Potentiellement cancérigènes, ils malmènent votre thyroïde, votre foie, vos reins, votre système immunitaire et génèrent des troubles d’infertilité et de croissance.
  • Vos casseroles en aluminium. La migration de l’aluminium dans vos aliments dépasse les limites suggérées par l’Organisation mondiale de la santé, surtout si vos aliments sont acides comme les tomates ou les agrumes. Ces sels d’alumine réduisent la croissance des cellules cérébrales (maladie d’Alzheimer), endommagent vos reins et affaiblissent vos os. Idem pour votre papier d’emballage.
  • Vos cuiseurs vapeur en plastique. Le bisphénol A ou BPA est un produit chimique utilisé dans la fabrication de contenants pour aliments en plastique dur. Il est associé au cancer, au diabète de type 2, aux maladies cardiaques et à l’asthme. Il est un perturbateur endocrinien, comme les phtalates, plastifiants omniprésents. Il en est de même pour vos contenants, emballages et sacs en plastique.
  • Votre barbecue horizontal offre une température très haute et donnent naissance à des hydrocarbures dont le benzopyrène, cancérigène.
  • Votre four à micro-ondes dénature votre aliment (transformation de la structure moléculaire originelle).

La chaleur d’un autocuiseur ou d’une cocotte-minute est de 105 à 120 °C – une poêle de 150 °C à 350 °C – un four de 150 °C à 240 °C (100 °C avec chaleur tournante) – un wok plus de 350 °C – un barbecue de 200 °C à 500 °C.
Or, une cuisson à 45 à 50° détruit les enzymes – à 60°, la vitamine C – à partir de 100°à 120°, les autres vitamines et les minéraux. Les cuissons à la vapeur douce, inférieur à 95° préservent vos nutriments. Si vous voulez profiter de vos aliments, préférez…

  • L’omnicuiseur en pyrex, neutre, résistant, non poreux, sans oxydation, ni dénaturation, ni migration.
  • Le Vitaliseur, mon chouchou avec son acier inoxydable 18/10 (18% de chrome, 10 % de nickel et 72 % de fer), stable jusqu’à 600°. Etant marraine, n’hésitez pas à me solliciter si vous souhaitez une réduction.
  • Les cuissons à l’étouffée ou à la chaleur sèche. Les aliments cuisent dans leur propre jus, dans un récipient fermé (le diable, le tajine). Idéale pour les légumes.
    • La terre cuite a absorbé assez d’humidité pour cuire sans adjonction d’eau. Elle est le premier matériau utilisé par l’homme. C’est un matériau noble, mais fragile après trempage. Attention aux terres peintes ou vernies pouvant contenir du plomb.
    • La fonte est idéale pour mijoter. Elle conserve la chaleur, qu’elle repartit uniformément. En revanche, elle est lourde, poreuse et fragile et peut rouiller (nécessité d’un traitement à l’huile avant le premier usage). La fonte émaillée peut s’écailler, s’en méfier.
  • Les fours vapeurs dont le prix devient plus accessible.

Pour aller plus loin : La glycation et l’arthrose

Partager sur Facebook Publié le 16 septembre 2020 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.