La cétose de jeûne, qu'est-ce que c'est ?

Descendant des chasseurs-cueilleurs, nous sommes faits pour stocker. Comme ils n’avaient pas de quoi se sustenter à tous les coins d’arbre, il fallait bien que leurs corps leur permettent de stocker les excédents, en prévision des périodes de famine. Notre ADN ayant peu évolué, nous stockons nous aussi sauf... que nous ne vivons pas de famine.

Nous avons deux types de réserve :

  • Une réserve de sucre qu’on appelle « glycogène » ou le « rez-de chaussé.» Lorsque nous ingérons du sucre (céréales, sucres blancs, féculents, fruits, etc.), nos cellules se servent en premier, le surplus est stocké sous forme de glycogène à 70% dans nos muscles et à 30% dans notre foie. Ce glycogène est une réserve limitée. Elle n’accueille pas tous les glucides ingérés. Lorsque qu’elle est pleine, le reste des glucides ingérés en excès va dans notre tissu adipeux, la « cave ».
  • Une réserve de graisse, notre « cave » due à la conversion du glucose en graisses, est stockée dans les tissus adipeux sous la forme de triglycérides. Elle se trouve généralement à la hauteur des hanches et des cuisses chez les femmes et du ventre chez les hommes.
    Le premier problème de cette seconde réserve est qu’elle est illimitée, nous pouvons stocker autant que nous voulons et nous dilater à souhait. Le second est que dans notre cave sont stockées aussi les toxines. Ces dernières ne sont pas circulantes. Les toxines que nous respirons, que nous ingérons, que vous vous collons sur la peau sont stockées confortablement dans notre gras. Plus il y a de glucides ingérés, plus il y a de gras fabriqués, plus il y a de toxines stockées.

Pour aller dans votre cave, déstocker du gras et libérer vos toxines, nous devons d’abord vider « notre rez-de-chaussée ». Il faut pour cela ou arrêter de consommer des glucides comme le préconise la diète cétogène ou jeûner.

Selon notre constitution, le glycogène met entre 12 et 48 heures pour se vider naturellement. Voilà pourquoi, le grignotage est une très mauvaise idée surtout s’il est sucré. En mangeant sans arrêt, tous les jours, plusieurs fois par jour, notre corps fait très peu appel à ses réserves de graisse. De plus, occupé à digérer, il ne peut se nettoyer, se détoxiner.
Notre organisme, après avoir consommé la réserve de glycogène, va devoir trouver son énergie ailleurs. Il va se servir dans la graisse stockée et la transformer en corps cétoniques, erzat de glucides.

Être en état de cétose est non seulement naturel, mais bénéfique pour notre santé. Nombreux sont les spécialistes à penser que les maladies de « civilisation » viennent du fait que plus personne ne met les pieds dans « la cave. » En plus de nous débarrasser du gras, les corps cétoniques sont bien plus appréciés par notre cerveau que les glucides de notre assiette. Ils permettent la « neurogenèse. » Alors que nous pensions naître avec un lot de neurones qui s’amenuisait au fil du temps, les corps cétoniques refabriquent des neurones et améliorent leurs connexions . Ensuite, le plus abondant des corps cétoniques, le béta-hydroxybutyrate (BHB) est reconnu pour ses vertus antiinflammatoires. Pour finir, les toxines rendues circulantes vont pouvoir se diriger vers vos émonctoires, portes de sortie à toxines : foie, poumons, intestin, reins et peau. Ainsi s’ils sollicités régulièrement, les émonctoires ne se retrouvent pas saturés.

Voilà pourquoi, nous sommes faits pour jeûner, pour pourvoir profiter des corps cétoniques.

Pour aller plus loin :

Partager sur Facebook Publié le 26 mai 2022 par Laura Azenard.

2 commentaires

  • Cagnard

    Bonjour,

    Pensez-vous que le jeûne puisse améliorer l’insuffisance veineuse et la rétention d’eau au niveau des jambes ?

    Merci d’avance.

    LN

    • Laura Azenard

      Il peut effectivement vous aider mais il faudrait aussi travailler sur l’après-jeûne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.