Gluten et arthrose : sont ils compatibles ?

Nous ne sommes pas tous allergiques au gluten mais nous sommes nombreux à avoir une hypersensibilité au gluten qui, avec le temps, favorise les maladies comme l’arthrose ou l’arthrite.

Le gluten est une protéine présente dans certaines céréales comme le blé, le seigle, l’orge, l’avoine, l’épeautre et le kamut. Lorsqu’il est mélangé avec de l’eau, il forme une matière visqueuse et élastique, qui permet par exemple de faire un pain qui gonfle facilement. On parle de blé « panifiable ».

Le gluten issu des blés anciens ne posait pas de problème. Mais aujourd’hui, avec l’industrialisation de l’alimentation, les variétés offrant une meilleure rentabilité sont à l’honneur. Les céréales modernes et leur gluten « mutant » se retrouvent partout. Il permet d’obtenir des pâtes faciles à pétrir, à lever, des mies plus aérées et plus moelleuses, des croûtes qui caramélisent à point, etc. Sauf que ce gluten moderne est particulièrement difficile à digérer : il interagit avec la paroi intestinale et affecte son imperméabilité. Résultat : les intestins deviennent des passoires et laissent passer des substances alimentaires dans le sang. L’organisme réagit à ces substances étrangères en activant son système immunitaire, ce qui va entraîner une inflammation chronique à l’origine des maladies inflammatoires, comme l’arthrose.

Le gluten est particulièrement en cause dans les maladies inflammatoires auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde  mais également contre l’arthrose. Son exclusion a été testée dans de nombreuses études. Le célèbre docteur Jean Seignalet a soigné pendant presque 20 ans plus de 2 500 patients atteints d’arthrose et d’autres maladies parfois dites incurables. Parmi eux, 2 250 se sont trouvés améliorés par sa méthode nutritionnelle incluant l’éviction du gluten.

Manger sans gluten ne veut pas dire manger ces produits industriels de plus en plus nombreux estampillés « gluten free ». Bien souvent, le blé est remplacé par de l’amidon modifié issu des graines de maïs (à ne pas confondre avec la Maïzena issue des racines ou des tiges de maïs). Cet « amidon modifié » est en fait un amidon blanchi, un additif : l’E 1422 encore plus délétère. Le gluten peut être remplacé par des farines de riz aux index glycémiques élevés ou par des farines de légumineuses chères et moins gouteuses corrigées par des ajouts de sel ou de sucre.

Modérez ou remplacez le gluten par des céréales ou des pseudos céréales comme le riz, le sésame, le sarrasin, le quinoa, l’amarante. Si vous voulez profiter de leurs vertus, consommez vos produits céréaliers semi-complets ou complets. Optez aussi pour les légumineuses qui sont riches en protéines et en fibres, à condition de les faire tremper au moins 12 heures, voir germées afin de vous débarrasser de l’acide phytique, qui vous prive de l’assimilation des acides aminés et vous fait ballonner. Les pommes de terre, les patates douces et les châtaignes sont des alternatives intéressantes et alcalines.

Partager sur Facebook Publié le 2 juin 2022 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.