Le cassis contre l’arthrose mais pas que …

Le cassis est utilisé depuis la nuit des temps. Sainte Hildegarde de Bingen, abbesse bénédictine allemande du Moyen-âge, et considérée comme une des premières naturopathes, l’utilisait déjà pour ses vertus anti-inflammatoires. Préconisé dans les cas de rhumatismes, il est aussi très utile dans d’autres pathologies telles que la goutte (acide urique) ou l’hypertension.


En phytothérapie, ses feuilles sont utilisées comme diurétiques afin d’éliminer l’urée et l’acide urique. Il est donc très utile dans les lithiases, dans la goutte et aussi dans toutes les pathologies ostéoarticulaires et rhumatologiques. D’ailleurs le cassissier s’appelait autrefois « l’arbre aux goutteux ».

En EPS ou en tisanes, il traite les rhumatismes dégénératifs, les douleurs articulaires, l’arthrite, la goutte, l’hypertension, les lithiases et les inflammations rénales.

En gemmothérapie, ses bourgeons sont macérés dans un mélange d’eau, de glycérine et d’alcool pour obtenir un extrait que l’on nomme macérât.

  • Il nettoie tout le système articulaire des toxines accumulées surtout en cas de terrain goûteux avec acide urique élevé. Il protège mais aussi régénère le cartilage et redonne de l’élasticité aux articulations.
  • Riche en anthocyanes, il stimule vos surrénales et votre fabrique de cortisol, puissant anti-inflammatoire. Il permet donc de lutter efficacement contre les douleurs de l’arthrose et limite l’usure de vos cartilages.
  • Il apaise les situations difficiles et booste les convalescences. Si votre organisme a été surmené par des affections longues et traînantes, il permet un retour à l’équilibre et à la paix des tissus.
  • Il contre tous les états allergiques, rhumes des foins, asthme et remonte les défenses immunitaires effondrées.
  • Il contre l’épuisement surrénalien et les traitements à base de corticoïdes. La stimulation des glandes surrénales réveille toutes les fonctions du corps et remet le compteur de votre organisme à zéro.

Il dynamise l’organisme et potentialise les autres bourgeons.

  • Associée au romarin, il lutte contre la fatigue chronique.
  • Associé à l’aulne ou à l’argousier, il lutte contre les états grippaux.
  • Associé au frêne, il lutte contre l’élimination de l’urée de l’acide urique.
  • Associé à la vigne vierge et au séquoia, il contre les rhumatismes articulaires comme l’arthrite et redonne de la souplesse aux tendons et aux ligaments.
  • Associé au sapin et au boulot verruqueux, il lutte contre l’ostéoporose et les fractures.

Voilà une association de macérâts glycérinés qui lutte efficacement contre l’arthrose :

  • 50 gouttes de cassis, le matin. C’est la période où la sécrétion de cortisol est maximale.
  • 50 gouttes de pin, à midi. Le pin est ostéoblastique, reminéralise et aide la fixation du calcium.
  • 50 gouttes de vigne, le soir. La vigne entretient la souplesse articulaire.

Pour aller plus loin : Les plantes anti-arthroses

Partager sur Facebook Publié le 25 mai 2018 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.