Arrêtez les régimes !

Rien ne fait plus grossir que les régimes amaigrissants. Plus de 95 % des personnes qui suivent un régime reprennent tout le poids perdu dans les deux ans qui suivent la fin de celui-ci. La plupart reprennent plus qu’ils ont perdu.

Les raisons pour lesquelles les régimes amaigrissants ne fonctionnent pas.

  1. Les régimes ne contiennent pas assez protéines pour permettre à notre corps de conserver ses muscles. Au lieu d’utiliser la nourriture qu’il ne reçoit plus comme carburant, notre organisme se met à brûler ses propres muscles. Or, ce sont les muscles qui maintiennent un métabolisme élevé qui brûle les calories. En perdant du muscle, nous ralentissons notre métabolisme. Les calories consommées ne sont plus brûlées et se transforment en graisse. Nous épuiser à la salle ne changera rien.
  2. Les régimes sont bien souvent pauvres en gras. Pourtant les vitamines A et E sont essentielles à notre survie. Elles jouent un rôle fondamental dans notre système immunitaire, oculaire, hépatique, contre le cancer. Ces vitamines sont liposolubles, elles ne se retrouvent que dans les aliments gras. Ensuite, chaque cellule de notre corps est entourée d’une fine couche de gras essentielle à son bon fonctionnement. Et pour finir notre cerveau est constitué de 60 % de graisse. La phobie du gras a des conséquences très lourdes sur notre santé, d’autant que nous le savons aujourd’hui, le déclencheur de la prise de poids n’est pas le gras mais le sucre.
  3. Les régimes n’offrent pas assez de calories soit pour 25% d’entre eux, moins de 800 calories par jour. L’OMS a déterminé que la malnutrition commence en dessous de 2100 calories par jour. Nous sous-alimenter entretient un risque accru de diabète, affaiblie la libido, entraîne des pertes de mémoire et un manque de concentration et réduit l’espérance de vie.
  4. Les régimes sont des traumatismes que notre corps ne distingue pas d’épisodes de famine. Dès que nous remangerons à notre faim, il s’empressera de reconstituer en priorité des réserves de gras en prévision des futurs régimes. Il le fait en ralentissant notre métabolisme. Alors les niveaux de la T3, hormone thyroïdienne, thermostat de notre métabolisme, chute dans les heures qui suivent une privation de calories et continue à diminuer jusqu’à ce que le corps reçoive suffisamment de calories.
  5. Les régimes créent les dépendances alimentaires. Plus d’un tiers de ceux qui se mettent au régime mangent de manière compulsive et vivent des fringales aussi fortes que les dépendances des alcooliques ou des toxicomanes. Les régimes entretiennent ainsi l’hyperphagie ou la boulimie. D’autres au contraire n’ont jamais connu une vraie fringale jusqu’à ce qui se mette au régime. Leur organisme crée un besoin de nourriture capable de dépasser la volonté la plus forte.
  6. Les régimes à répétition épuisent nos surrénales qui nous protègent du stress et qui permettent à la thyroïde à réguler notre poids. Toute menace stimule nos surrénales. Trop de stress à répétition ou un stress permanent peut, à terme, les épuiser. Les deux grands facteurs d’épuisement des surrénales sont les régimes mais également les sucres raffinés et les féculents… principalement ce que nous mangeons entre les régimes ou ce que nous nous accordons comme récompense lorsque nous sommes au régime.
  7. Les pièges des édulcorants de synthèse. Les composants de l’aspartame bloquent la conversion du tryptophane en sérotonine, notre hormone du bonheur. Un cercle vicieux s’installe, nous voilà contraints à chercher notre bonheur ailleurs… dans une tablette de chocolat. Les édulcorants de synthèse peuvent aussi faire se sentir ballonné, ce qui n’encourage pas à manger sainement. Ils perturbent les règles et entretiennent migraines, dépressions, insomnies, crises angoisses. La saccharine à très haute dose est souvent associée au cancer.

Si vous souhaitez perdre du poids, la meilleure stratégie est …de manger… en adoptant évidement une alimentation saine, variée et équilibrée. Plus facile à dire qu’à faire ? Si votre relation à la nourriture est difficile, ne vous lancez pas dans un énième régime mais décidez de vous réconcilier avec votre assiette… avec l’aide d’un thérapeute si vous sentez le besoin de vous faire accompagner mais ne vous affamer plus.

Pour aller plus loin : Prise de poids et inflammation et Se réconcilier avec son-corps

Partager sur Facebook Publié le 10 février 2019 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.