Jeûne : purge ou pas purge ?

La purge comme la crise d’acidose sont les deux grandes légendes du jeûne. Effectivement, en jeûne, le système digestif va être ralenti. Devons-nous purger nos intestins pour nous débarrasser des matières qui vont stagner ? Deux courants de pensée s’affrontent.

Pour les hygiénistes comme le Dr Edward Hooker Dewey, Herbert Shelton ou Albert Mosséri, les purges décapent et irritent votre muqueuse intestinale déjà sensible. Le courant hygiéniste considère qu’il ne faut pas contraindre votre organisme à quelque chose qu’il n’a pas envie de faire naturellement. Herbert Shelton, après avoir testé les purges sur ses patients durant cinq ans, trouve les descentes alimentaires, si elles sont de qualité, bien plus intéressantes pour vider les intestins en douceur. « Ce ne sont pas les purges qui agissent sur les intestins pour les faire travailler, ce sont les intestins qui agissent sur les purges pour les expulser, les considérant comme des poisons. » Vous évitez les purges ou/et laxatifs, qu’il estime déminéralisants donc fatigants pour les organismes déjà éprouvés.

Et si vos intestins ne seraient pas totalement vidés, les selles sont considérées comme stériles à compter de cinq jours. La bile rend aseptique votre contenu intestinal, assèche les selles, les empêchant de fermenter et de putréfier. Les animaux qui jeûnent ont les intestins totalement aseptiques au bout de sept jours. Hormis un inconfort, vous ne risquez aucune intoxication de l’intérieur.

Une longue préparation permet aux intestins, au bout d’une seule semaine, de ne contenir que des déchets d’aliments « sains ». Ils peuvent donc être stockés durant plusieurs semaines de jeûne, sans aucun inconvénient. Les déchets provenant des viandes, poissons ont été éliminés au fur et à mesure de la descente alimentaire.

D’autres, comme le Dr Françoise Wilhelmi de Toledo, le Dr Christian Tal Schaller, Norman Walker, Paul Carton, Christopher Vasey, prônent les purges et les lavements. Lorsque le système digestif va être ralenti, mieux vaut vous débarrasser de tout ce qui peut fermenter, putréfier, stagner. Pour Gisbert Bölling, les intestins sont les organes de l’élimination et de l’assimilation. Vous devez bien les nettoyer avant de commencer un jeûne, sinon ils continuent à assimiler les nutriments d’avant le jeûne, et ce, pendant plusieurs jours. Pour le Dr Édouard Berthollet, pourtant contemporain de Shelton, une purge accélère l’entrée en jeûne et vient à bout d’une éventuelle sensation de faim. L’idéal serait alors de prendre une purge la veille de votre entrée en jeûne, le dîner est composé d’un jus de légumes ou d’un bouillon, ou bien le premier jour de jeûne.

Pour vous, rien ne vaut votre expérience et votre ressenti. De part mon expérience d’organisatrice de stage de jeûne, il y a autant de constitutions, que de façon de manger, que de façon de jeûner, que de façon de se préparer. Une seule et unique règle ne peut convenir à tous. Expérimentez et trouvez la vôtre.

Pour aller plus loin : Le jeûne, ça marche !

Partager sur Facebook Publié le 14 mars 2019 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.