La chrono-biologie : le goûter

Trop souvent mis de côté, ce troisième repas de la journée est essentiel. Il apporte le coup de fouet nécessaire pour terminer votre journée et permet de dîner léger. Il permet également de répondre à notre besoin en sucres rapides.

A 17 heures, l’apparition d’un pic d’insuline permet l’utilisation des sucres rapides pour éviter le déstockage des protéines. Voilà pourquoi, nous avons tous envie de chocolat en fin de journée. Goûter est la solution énergétique pour tenir le coup jusqu’au dîner.

Les glucides. C’est le seul moment de la journée où il est pertinent de consommer des sucres rapides. Les cellules sont devenues au fil de la journée naturellement plus résistantes, les glucides sont assimilés sans risque pour votre pancréas. Un apport de sucres de bonne qualité facilite la pénétration cellulaire du tryptophane et évite les fringales.

Les lipides. Les gras végétaux (plus facilement assimilables) permettent de réguler les glucides du goûter. Ils évitent l’effet boomerang de l’hypoglycémie.Ce sont des coupe-faims qui calment les excès d’appétit du soir.

Les protéines. La sérotonine fabriquée grâce aux protéines prises le matin, commence à se transformer à 17 heures en mélatonine. Sa synthèse se fait à partir du tryptophane, qu’il faut donc reconstituer en permanence. Les glucides aident le tryptophane à franchir plus facilement votre barrière digestive. Pour éviter vos fringales et réguler votre faim pour le dîner, il est nécessaire d’avoir un apport suffisant et bien assimilé de tryptophane que l’on trouve au goûter dans certaines graines et … le chocolat.

Exemple de goûter (qui se prend 5 heures après son déjeuner) :

  • 2 fruits de saison, local et bio si possible, crus ou cuits (compotes ou écrasés ou vapeur). La banane est réservée à l’effort
  • Ou 1 poignée de fruits secs (abricots et raisins secs, pruneaux, dattes, etc)
  • 1 petite poignée de graines de courges, de soja, de lin, de sésame ou de citrouille
  • 1 petite poignée d’oléagineux (amandes, noix de pécan… non grillées, non salées)
  • 2 carreaux de chocolat noir (minimum 80%). Voilà qui va ravir les mordus de chocolat. Noir, très noir et de préférence à base d’huile de soja et de cacao, mieux toléré par le foie. Ou une poignée de fèves de cacao.
  • Ou le Miam aux fruits de France Guillain, génial au goûter, notamment pour les sportifs
  • Ou quelques cuillères d’Eveil du Bouddha (en boutique bio) dans de l’eau froide ou chaude, ou une boisson végétale ou une compote.

Goûter avec bonheur et sans culpabilité vous permet de vous retrouver au dîner du soir moins concerné.

Pour aller plus loin : La chrono-biologie : le petit-déjeuner

La chrono-biologie : le déjeuner

La chrono-biologie : le diner

Partager sur Facebook Publié le 4 juin 2019 par Laura Azenard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.