Le stress, un compagnon toxique

Plus de la moitié des consultations chez les médecins sont liées au stress. Ce n’est pas pour rien qu’il est considéré comme la maladie du XXIème siècle. Sauf que le stress ne fait que visser votre estomac. Lorsqu’il s’installe, le stress devient dangereux pour votre santé.

Face au stress, votre organisme pour se défendre et retrouver un état normal va libérer un certain nombre d’hormones comme l’adrénaline (hormone du stress), le cortisol (hormone du réveil), la dopamine (hormone du plaisir), les endorphines (hormones du bien-être) et la sérotonine (hormone de l’apaisement). Quand le stress devient récurrent, ces hormones sont produites en continue, ce qui représente une dépense d’énergie bien trop importante, qui finit par vous épuiser et peut conduire à une dépression.

Ensuite, ces hormones laissent dans votre organisme des déchets : les radicaux libres. On appelle ces molécules toxiques ainsi, car il leur manque un électron ce qui les rend instables. Pour s’équilibrer, elles vont piquer un électron chez une cellule saine voisine qui s’oxyde alors, s’abîme et se transforme à son tour en un radical libre, et ainsi de suite. Ces radicaux libres ne sont pas uniquement générés par le stress. Vous les fabriquez en respirant et en mangeant. Du coup, lorsqu’en plus de vous stresser en permanence, vous vivez dans la pollution, vous avalez des pesticides et vous fumez du goudron, vos radicaux libres se multiplient. Votre stress devient « oxydant ». Les radicaux libres se déposent sur vos artères, votre peau et vos articulations. Ils augmentent le vieillissement et la mort de vos cellules, ce qui favorise les infections cutanées, les insomnies, l’hypertension, les rhumatismes, les troubles sexuels, les maladies cardiovasculaires, les pertes de mémoire, les troubles du comportement, les diabètes de type 2 et les cancers. Normalement, les protections antioxydantes naturelles du corps et les antioxydants apportés par l’alimentation permettent de limiter les dégâts. Mais quand les premières deviennent, avec le temps, moins performantes et les deuxièmes viennent à manquer, les radicaux libres prennent le dessus et votre organisme est débordé.

Alors comment lutter ?

Il existe cependant des gestes simples qui peuvent prévenir l’apparition du stress, limiter son impact et sauver vos ongles.

Avec votre assiette :

  • Evitez tous les acidifiants extérieurs : tabac, pesticides, additifs.
  • Adoptez une alimentation antioxydante. Adieux produits laitiers, gluten, excès de protéines et cuisson à plus de 110 degrés.
  • Mangez du magnésium : chocolat noir, fruits et légumes secs. Prenez des céréales complètes. Raffinées, elles sont appauvries en magnésium.
  • Mangez du potassium. Une banane ou une pomme de terre régule votre tension artérielle.
  • Prenez du lithium en oligo-éléments. Il apaise l’angoisse, l’irritabilité et l’hyperémotivité.

Avec votre corps :

  • Pratiquez régulièrement une activité physique. Le simple fait de marcher tous les jours trente minutes produit suffisamment d’endorphines pour contrer vos hormones du stress.
  • Respirer profondément réduit la tension artérielle.
  • Contractez et relâchez vos muscles. Commencez par vos orteils et remontez jusqu’à votre visage en contractant à fond vos muscles et les relâchant.
  • Lancez-vous dans des travaux manuels. Rester concentré sur des actions et répéter les mêmes gestes apaisent l’angoisse.

Avec de la malice :

  • Anticipez les retards en avançant votre montre de dix minutes.
  • Organisez la veille votre journée de demain. Faire un point sur vos rendez-vous, votre tenue, vous fait gagner du temps, de l’efficacité et de la quiétude.
  • Vivre dans un environnement ordonné et propre n’est peut-être pas rock’n’roll mais déstresse. Que ce soit chez vous ou au bureau, déterminez une place pour chaque chose.
  • Ne multipliez pas les impératifs. Aller au bout d’une mission avant d’en entamer une autre vous conduira vers le succès, entretiendra votre satisfaction et vous donnera de l’élan pour la prochaine.
  • Achetez-vous une plante verte d’intérieur. Elles assainissent votre air et vous protègent des ondes.
  • Adoptez un chat. Le ronron du chat émet des vibrations sonores apaisantes.
  • Oubliez votre téléphone et faites des pauses d’ondes. Elles augmentent votre pression artérielle. Vous n’êtes pas obligé à répondre à vos messages dans la seconde.

Avec votre esprit :

  • Evitez de rester dans le flou et de supposer. Par peur de vous ridiculiser, vous n’osez pas questionner vos interlocuteurs préférant interpréter et agir selon votre instinct. Evitez les non-dits ne fait de vous un ignare. Au contraire, cela démontre une volonté d’efficacité et de respect.
  • Relativisez vos soucis. Voyez plutôt une impasse comme une chance de prendre un autre chemin.
  • Visualisez, concentrez-vous sur une image apaisante : une plage, un ciel bleu. Souvenez-vous, plus jeune, on vous conseillait les jours d’examen d’imaginer votre professeur tout nu.
  • Ecoutez de la musique classique. Elle ralentit votre rythme cardiaque, baisse votre tension artérielle et diminue les niveaux d’hormones du stress. Voilà pourquoi les hôpitaux peuvent l’utiliser avant une opération chirurgicale.
  • Regardez une vidéo qui fait le buzz, un truc premier degrés, comme un bêtisier. Le rire augmente le volume d’air riche en oxygène que vous ingérez et augmente vos endorphines.
  • Voyez vos amis. Ils ne sont pas là que pour glousser avec vous. Ils vous aideront à relativiser et à prendre du bon temps.
Partager sur Facebook Publié le 13 janvier 2016 par Laura Azenard.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.