L’équilibre acido-basique

Hippocrate le disait déjà, en 430 avant Jésus-Christ, notre santé dépend de notre équilibre acido-basique. Notre organisme gère en permanence les apports basiques et acides provenant de notre alimentation et ceux fabriqués par notre métabolisme. Mais lorsqu’il a plus de déchets acides qu’il n’arrive à en éliminer, l’équilibre acido-basique est rompu, ce qui fragilise à la longue l'organisme et déclenche des maladies. Si vos dents se déchaussent, si vos cheveux sont filasses, si vos ongles se dédoublent et si vos muscles et vos articulations vous font souvent souffrir, la suite devrait vous intéresser.

Nos aliments sont classés en trois familles :

Les aliments basiques ou alcalinisants
Ils sont pauvres en substances acides et riches en bases (minéraux). Lors de leur transformation par l’organisme, ils ne libèrent aucun composé acide. Plus vous en mangez et plus vous vous « alcalinisez ».
Le trio gagnant des aliments alcalins sont les amandes, les avocats et les pommes de terre dont le jus est très utilisé en cas d’aigreurs d’estomac ou d’ulcères.Ensuite, privilégiez les légumes verts ou très colorés (sauf les tomates et les épinards) crus ou cuits, les bananes, les graines, le tempeth, les haricots blancs, les fruits mûrs ou secs, les céréales sans gluten, les viandes maigres, les poissons, les fruits de mer et les huiles pressées à froid.

Les aliments acides
Ils sont riches en composés acides mais peuvent devenir alcalinisants selon votre santé.

  • Un organisme en bonne santé neutralise ces acides et libére les bases minérales de l’aliment. Les acides sont transformés en gaz carbonique facilement rejeté par les poumons, et l’organisme pourra bénéficier des propriétés basiques des minéraux fortement présents dans ces aliments, comme le potassium, magnésium, calcium.
  • Les enzymes d’un métabolisme en mauvais état neutralisent mal ces acides. L’organisme va alors puiser dans ses réserves des molécules neutralisantes, comme le carbonate de calcium des os et des dents, le magnésium des os ou le potassium des muscles, entraînant au bout d’un moment une déminéralisation. Les acides en excès sont transportés par le sang et finissent dans vos tissus dont votre tissu osseux. L’accumulation de ces déchets entraîne une acidose métabolique latente (AML), qui affecte directement le transport de l’oxygène et la nutrition des cellules. Votre système immunitaire devient fragile, ce qui peut générer de nombreuses maladies.

C’est le cas des agrumes (oranges, citrons, pamplemousses, clémentines, mandarines), des kiwis, des ananas, des rhubarbes, des pommes acides, des fruits peu mûrs, des fruits rouges, des épinards et tomates cuites, des choux fleurs, des artichauts, des champignons, des asperges, d’une bonne partie de nos condiments (vinaigre, cornichons, câpres, moutarde, ketchup, pickles, sauce tomate), des vins blancs, champagnes, sodas, limonades, jus de fruits, yaourts, fromages blancs peu égouttés. Voilà pourquoi la cure de jus de citron peut être géniale pour certains et terrible chez d’autres.
Petite astuce : Boire des agrumes dans les vingt minutes après avoir été pressés ôte leurs propriétés acidifiantes.

Les aliments acidifiants
Ils sont acidifiants quel que soit l’état de votre métabolisme. Ce sont :

  • Les aliments riches en protéines. Ils contiennent des minéraux acides comme du phosphore et du soufre qui produisent lors de leur dégradation de l’acide urique. C’est le cas des abats, triperies, charcuteries, gibiers, abas, œufs, produits laitiers et également les légumineuses (sauf les haricots blancs).
  • Les aliments riches en graisses. Qu’elles soient d’origines animales ou végétales, consommées en grandes quantités, elles produisent des acides cétoniques.
  • Les céréales complètes ou raffinées (qui le sont davantage).
  • Le sucre blanc raffiné et ses dérivés (bonbons, jus de fruits sucrés, pâtisseries, sodas)
  • Les noix (sauf les amandes et les noix du Brésil)
  • Le café, le thé, le vin et le cacao sont très riches en purine qui se transforme ensuite en acide urique.

Pas de panique
Il ne faut pas supprimer tous les aliments acidifiants pour autant. Les protéines sont indispensables au fonctionnement de notre organisme. Elles participent à la fixation des minéraux basiques dans les tissus. Les graisses riches en omégas 3 sont également excellentes car antioxydantes. Il suffit juste de contrôler leur quantité et de contrebalancer avec des aliments alcalins qui devraient représenter 70% de notre alimentation. Pour vous motiver mesdames, sachez que l’acidité est également responsable de la cellulite.

Partager sur Facebook Publié le 14 avril 2016 par Laura Azenard.

17 commentaires

  • soudan

    bien sûr c’est la base de l’équilibre pour l’organisme pour qu’il puisse assimiler les nutriments et que le métabolisme fasse son travail!!

  • Nathalie

    Bonjour,
    J’ai toujours cru que les épinards étaient alcanisants.

    • Laura Azenard

      Merci Nathalie de votre remarque, je devrais préciser. Tout dépend de comment vous les consommez, s’ils sont surgelés, en boite…. 😉

  • Non je les mange crus en salade les épinards. Pas bon alors???

    • Laura Azenard

      Mais si …. 😉 Vous ne mangez pas que ça 😉 N’oubliez pas : l’équilibre !

  • Kryne

    Bonjour, les légumineuses sont à la fois citées comme aliments basiques ou alcalinisants, et acidifiants ?! Du coup je ne comprends pas, n’y aurait il pas une erreur ?
    Merci d’avance pour votre réponse 🙂

    • Laura Azenard

      Bonjour, les légumineuses sont acidifiantes sauf le tempeth et les haricots blancs. Mais nous avons autant besoin d’alcalins que d’acides donc rien n’est à bannir, mais à équilibrer.

  • Sarah

    Bonjour Laure,
    Vous citez le citron comme acidifiant avec les autres agrumes mais pourtant la cure de jus de citron est alcalinisante non? Et si oui ne peut-on boire tous les jours un jus de citron pour compenser les effets acidifiants des autres aliments?
    Merci pour vos précisions

  • Sophie Caratini

    Bonjour, votre article me met dans le doute : j’envisage une cure de raisin de quelques jours cet automne mais je correspond au profil « trop acide » donc à renforcer en aliments basiques. Quel est l’effet de la cure de raisin? Rouge ou blanc? Le raisin est réputé acide donc que dire de la cure de raisin que tous portent aux nues??

    • Laura Azenard

      Bonjour Sophie, vous m’avez donné envie d’écrire un article sur ce sujet 😉 Un peu de patience et je vous dis tout 😉

      • Bernard

        l’acidité du raisin ( et du reste de tous les fruits et legumes ) depend fortement de son origine et de sa maturité il n’y a donc pas de reponse toute faite . Il faudrait la mesurer .
        De plus il y aurait lieu de distinguer entre acides forts et acides faibles , les acides organiques etant en general faibles .
        Les laitages ,pleins de sels mineraux sont excellents tampons et neutralisent l’acidité ( gardent un pH constant dans une certaine plage de rajout d’espece acide ).
        Tout est une question de dosage , impossible à faire au niveau de la menagere à moins de s’equiper en appareils de mesure de l’acidité ( des bandelettes test pour le pH , des tests avec des indicateurs colorés pour l’acidité totale )
        Il faudrait faire avant chaque repas des tests et des calculs .
        Tout le reste n’est que generalité qui debouche sur bien des echecs .
        Il en va de meme sur les anti oxydants .
        Il suffirait de s’interesser à quelques especes chimiques comme le soufre ou l’iode (qui peut etre tantot oxydante et tantot reductrice ) pour comprendre l’extreme difficulté à savoir ce qui se passe dans notretube digestif .
        Un exemple de la non connaissance du corps medical : l’abus de l’utilisation des IPP ( inhibiteurs de pompe à proton ) , sensés arreter la generation d’acidité par le corps ( ions H+)
        Cette acidité est necessaire pour la digestion ( ph 2) mais en cas d’exces il peut y avoir probleme ( RGO en particulier )
        Mais il y a aussi des cas d’hypoacidité que le corps medical semble ignorer et qui est responsable d’une mauvaise digestion et d’une fermentation gastrique qui va augmenter la pression de l’estomac et ouvrir la cardia (sphincter superieur ) et donner l’impression que la personne souffre de RGO (car effectivement il y aura des remontés d’acidité , qui meme faible , va irriter l’oesophage ) . Les medecins vont donc prescrire des IPP , ce qui va resoudre temporairement l’inflammation de l’oesophage par l’acidité mais ne va pas resoudre le probleme d’hypoacidité . Et un cercle vicieux s’installe , le patient ne pouvant plus se passer d’IPP.
        Solution que j’ai adoptée : prendre des IPP de maniere tres temporaire ( 2 à 3 semaines le temps de faire passer l’inflammation ) puis prendre des acides sous forme de vinaigre ( balsamique ou de cidre ) ou prendre des gélules d’acide chloridrique ( dose equivalente à 2 cuillere à soupe de vinaigre )
        Mais là chacun doit trouver son dosage .
        La chimie est une science qui ne se resume pas en 2 phrases

  • Lefevre

    Bonjour,
    Les patates douces sont considérées comme des aliments alcalinisants comme les pommes de terre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.